Accueil

Archive for novembre 2011

Zombies : The beginning (Vincent Dawn aka Bruno Mattei, 2007)


tags | , , , ,

0 comments

Forcément, quand on cherche les coups...

Zombies The Beginning est plus que difficilement regardable, sauf à accepter le pire de la série Z italienne façon 80's.
Et dans ces conditions, difficile de ne pas succomber aux charmes de long plans inutiles sur des acteurs en guenilles, couverts de boue séchée, devant des spots bleus électriques ! Encore plus difficile de ne pas applaudir devant 3 acteurs (?) exécrables, bêtements assis les uns à coté des autres et regardant encore plus bêtement un supposé écran de contrôle où une équipe se fait étriper par des zombies (sur une ile sans doute sans électricité, on appréciera la prouesse !), le tout avec un air dubitatif devant un décor inexistant ressemblant à une porte...

Applaudissons enfin l'immense génie des dialogues, la perfection des réaction des personnages, le rythme improbable d'une course d'escargots... Que du bon !

A noter que Vincent Dawn (le réalisateur qui n'est autre que Bruno Mattei) est aujourd'hui décédé. Zombies the Beginning était son dernier film... comme quoi tout se paie dans la vie !



.

Sinking of Japan (2006)


tags | , , ,

0 comments

Ce qui nous submerge, c'est avant tout la mièvrerie des sentiment et la coté cheap des effets numériques... Ce qui sombre rapidement c'est l’intérêt du spectateur (spectateur qui ressortira de cette pénible expérience de 2h10 dans un état de ruine comparable aux dégâts évoqués dans le film)....

La véritable catastrophe, c'est qu'à coté du Sinking Of japan, le film "2012" ressemble à un chef d'oeuvre ! Et ça, c'est vraiment une mauvaise nouvelle !





.

Gang Of New York (Martin Scorcese, 2002)


tags | , , , , , , ,

1 comment



"Chronique express" pour ce Scorcese mal-aimé...
Certes ponctué de curiosités à l'apparence baroque, Gang Of New York demeure captivant et ambitieux de bout en bout. On y trouve avec bonheur comme une radiographie des pieds d'argile du géant Amérique.

Et puis il y a Daniel Day-Lewis... Absolument titanesque dans son incarnation du Butcher.

.

There Will Be Blood (Paul Thomas Anderson, 2007)


tags | , , , , , ,

0 comments

Le parcours de Daniel Plainview, de ses débuts dans la prospection pétrolière jusqu'à la gestion de son empire


L'incroyable sens de la narration de Paul-Thomas Anderson (Magnolia !) transforme There Will Be Blood en une fresque incroyablement riche et fascinante sur la Comédie Humaine.

A la manière d'un Alex (Orange Mécanique) dont les paupières sont maintenues ouvertes de force, PT Anderson entrave le spectateur. Il l'oblige à rester à distance de son film, l'empêchant volontairement de s'y immerger, le forçant à regarder chacune des noirceurs qui se déroulent en face de lui. (par ailleurs pas la seule similarité à l'univers de Kubrick, puisque Anderson livre une fin de film très kubrickienne dans le style et la forme...)

There Will Be Blood est visuellement splendide et contient en fait, sous son apparente austérité, une richesse de thèmes qui hélas sont cruellement d'actualité en ces temps de crise !

.

Drive (Nicolas Winding Refn, 2011)


tags | , , , ,

1 comment


Fascinant, envoutant et sensuel (si, si!), Drive est une mise en scène en état de grâce, un film incroyablement réussi et passionnant. Ryan Gosling donnerait presque envie d'abandonner son hétérosexualité tant il donne humanité à son personnage, pourtant sans presque rien en dévoiler (comme le faisait dejà le "Guerrier Silencieux", du même Nicolas Winding Refn, lui aussi sans passé, sorti de nulle part, tel le Pale Rider...).

Drive est un diamant aux multiples facettes, chacune d'elles hissant le film à coté de nos plus jouissifs souvenirs de Cinéma.

.

The Thing (Matthijs van Heijningen Jr., 2011)


tags | , , , ,

0 comments


Aucun intérêt dans ce remake si ce n'est celui de prouver (une fois de plus ?) qu'il faut admirer au plus profond de soi l'original pour prétendre y apporter un nouvel éclairage... ce qui n'est visiblement pas le cas ici du réalisateur.

Pâle et faible copie, donc, qui oublie complètement l'oppressante ambiance "fin du monde" de la version Carpenter et aborde à peine la parano de la version de Hawks/Nilby. Les adorateurs des 2 précédentes versions ne pourront que conspuer le final "action movie" à la sauce Aliens Vs Predator...

Etonnant qu'un film qui évoque une créature qui digère et copie son hôte ne le fasse pas avec ses illustres modèles...

Le Port de la Drogue (Pickup In South Street) (1953)


tags | , , ,

0 comments



Point de drogue ici, puisque dans la version américaine, c'est d'un microfilm destiné aux communiste dont Richard Widmark est en possession, et non un microfilm contenant la formule d'une drogue !

Pick Up in South Street est un beau film noir, avec une superbe galerie de personnages issus des basses couches de la société. C'est simplement beau et efficace.

.

The Green Hornet (Michel Gondry, 2010)


tags | , , , ,

1 comment


Gentil divertissement réalisé par Michel Gondry...

Là où n'importe quel tâcheron hollywoodien aurait livré 2h de cahier des charges conventionnel de super-hero movies, Gondry injecte fantaisie et (légers) décalages.

Ca s'annonçait très mauvais, finalement on y trouve un certain plaisir coupable.


.

Hara Kiri (Seppuku, Masaki Kobayashi, 1962)


tags | , , , , , , ,

0 comments


Un ronin demande à faire Seppuku dans le palais du shogun. Avant d'effectuer le rituel, il va raconter son histoire.

Là encore énorme film de sabre (paradoxalement avec assez peu de scènes de combat...) dans lequel la modernité transpire de bout en bout, que ce soit sur le fabuleux déroulement de son scénario (on commence à l'aube du dénouement, les flashback éclaireront ce qui précède...) ou sur la manière dont un système s'étouffe sous ses propres contradictions et son entêtement à regarder derrière lui...

Et comme souvent pour le cinéma japonais de cette période, la forme y est absolument éblouissante !

Curieusement Hara Kiri se prête à merveille à illustrer notre europe qui s'accroche coûte que coûte à ses dogmes plutôt que de les remettre en question, mais c'est là une réflexion très personnelle de la rédaction ;-)

.

Human Centipede 2 : Full Sequence (2011)


tags | , , , ,

0 comments



Le premier film s'imposait comme un authentique "film malade", un véritable objet de cinéma vénéneux et rare (voire même une urgence de création comme ce cinéma d'horreur 70's que j'affectionne tant...).
Cette suite se complait dans une surenchère de glauque et d’extrême qui, bien que plaisante pour l'amateur, n'apportera aucune pièce supplémentaire à la bébête...

Comme le disaient Eric & Ramzy : "Hmmm, le caca c'est délicieux !"

.

13 assassins (Takashi Miike, 2011)


tags | , , , , ,

0 comments


Enorme relecture du classique de Eichi Kudo "13 Tueurs" (1963) par un Takashi Miike absolument méconnaissable.
13 assassins déroule magistralement ses 2h20.

La première moitié dénuée de toute action, est dédiée à la l'élaboration d'une mission suicide et au rassemblement de l'équipe qui l’exécutera. La seconde partie (durant plus d'1h !) est une titanesque bataille au cours de laquelle se libère, tel un élastique, toute l'énergie accumulée précédemment.

13 assassins est visuellement splendide et retrouve ce rythme si particulier des Chambara 60's. Quand à Miike, il adopte un style hyper classique, sage (?), que l'on ne lui connaissait pas, sans rien perdre de sa créativité et de son audace.

Là où moult remakes sont de "Grand(s) Attentat(s)", celui de Miike est du Grand Art !
.

Rashomon (Akira Kurosawa, 1950)


tags | , , , ,

0 comments

Comment faire la fine bouche sur ce qui était à l'époque d'une nouveauté inouïe... Un mari, sa femme et un bandit se partagent 5 rôles : le mari, la femme, le bandit, le coupable et la victime...

C'est au cours de 4 récits divergeant de ce même meurtre que la vérité apparaitra, chaque version laissant apparaître des facettes différentes de l'âme humaine.

Bref du grand, de l'universel dans les mains d'un Kurosawa dont chaque film se bonifie avec chaque vision.

.

Fright Night (2011)


tags | , , ,

0 comments



Encore un remake inutile, dénué de tout ce qui faisait le charme de l'original. 

Exit le vampire classieux un peu dandy, au profit d'un Colin Farrell relooké en célibataire branché, frôlant le ridicule... Exit les bon vieux effets spéciaux latex et visuels des 80's au profit d'effets numériques lisses et sans âme... Et surtout exit l'hommage au Genre, qui avouons le sauvait l'original, pour laisser place à une simple histoire d'ado...

Un film exsangue de tout sang neuf qui égrainer difficilement ses 120 minutes.


Crazy, Stupid Love (2011)


tags | , , , ,

0 comments



Même si l'ensemble ne nous submerge pas sous l'originalité et la nouveauté... Même si la mièvrerie n'est pas complètement absente, cette romance humoristique sur l'Amour réussi parfaitement à capter toute notre attention et nous faire passer 2 heures des plus agréables, sourire aux lèvres et humeur amoureuse en tête.

C'est sympa et (très) drôle. Idéal pour se détendre sans "consommer" passivement.
.