Accueil

Archive for février 2013

Upside Down (Juan Solanas, 2012)


tags | , , , , , ,

0 comments

Dans un autre système solaire, deux monde à la gravité opposée se côtoient. Adam vit dans le monde du bas, pauvre, Eden dans celui du haut, plus riche. Alors que tout est fait pour qu'ils ne se rencontrent jamais, ils tombent pourtant amoureux, et devront dépasser les règles physiques qui régissent leurs mondes pour se retrouver.

Science-fiction et romance ont encore très récemment donné vie à deux chouettes projets : L'Agence et surtout ce Perfect Sence qui avait affolé les nôtres... Upside Down tente donc l'aventure en mélangeant deux mondes que tout oppose, deux mondes comme deux aimants retournés se repoussent, alors que sur chacun d'eux se trouve des personnages qui rêvent de se toucher. Dans le ciel, le monde de l'autre, au sol la fracture sociale... Upside Down vise haut, la chute n'en sera que plus dure...

Lire la suite...

Argo (Ben Affleck, 2012)


tags | , , , , , ,

0 comments

En 1979, à Téhéran, l'ambassade Américaine est attaquée et son personnel est pris en otage. Mais six d'entre eux sont parvenus à sortir à temps et trouvent refuge à l'ambassade du Canada. La CIA envisage une opération pour les exfiltrer du pays avant qu'ils ne soit découverts par les autorités iraniennes. Ils produisent un faux-film de science-fiction intitulé Argo, sensé être tourné en Iran, et à l'occasion des repérages de tournage, tenteront de faire sortir leurs six ressortissants en tant que membres de l'équipe de tournage...

Ben Affleck avait déjà fait preuve d'un grand talent en signant The Town, polar intime et puissant pas si lointain d'un Heat... Avec Argo il nous propose la mettre en image une histoire vraie, à savoir l'incroyable plan mis en place par la CIA pour sortir six Américains de l'Iran pendant la crise des otages en 1979. La réalité dépasse la fiction ici, avec un plan farfelu et diablement audacieux, quant à Ben Affleck, il s'empare de son sujet avec une maîtrise rare, parvenant à livrer un film à la fois captivant, divertissement et fort. Argo se découvre les yeux grand ouverts, fasciné par cette histoire, mais aussi par l'équilibre parfait qu'il dégage entre drame, réalisme et divertissement...

Lire la suite...

Les Seigneurs (Olivier Dahan, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Un footballeur sur le déclin, accepte de devenir entraîneur de l'équipe de Molène, dont la réussite de son équipe pourrait sauver l'entreprise locale de conserverie traditionnelle de la fermeture. Pour atteindre son objectif, Patrick recrute une brochette d'anciennes pointures, sur le déclin elles aussi...

Il suffut de découvrir son (impressionnante) distribution pour embrasser Les Seigneurs de Olivier Dahan : une comédie sur-calibrée, conciliant humour et émotion, qui visait, à n'en point douter, le carton comique de l'année. A l'image de La Vérité Si Je mens, Les Seigneurs échaffaude donc un scénario basé sur la construction d'un projet "quitte ou double", dont relever le challenge permet de concentrer des personnages riches en couleurs et attachants... Sur la pelouse des Seigneurs, constelée de "beautiful losers" : carton rouge ou carton plein ?

Lire la suite...

Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Le jour où les tours se sont effondrées, les Etats-Unis sont entrés en guerre et ont entamé une traque sans précédent pour arrêter son responsable Ousama Ben Laden. Durant près de 10 ans la CIA s'est confrontée à un réseau impénétrable, durant ces longues années d'enquête minutieuse, Maya, s'est acharnée sur la moindre piste, n'en a lâché aucune, jusqu'à débusquer sa proie...

Zero Dark Thirty, en langage militaire, c'est cette demi-heure juste après minuit durant laquelle s'est déroulée l'élimination de l'ennemi public n°1 des Etats-Unis... Kathryn Bigelow, c'est sa réalisatrice... L'ex femme de James Cameron, dont la carrière pleine de testostérone s'illustre, entre autres, par un superbe et atypique film de vampires (Aux Frontières de l'Aube) par un thriller boosté au Red Bull (Point Break), par une brillante approche du quotidien des boys en Irak (l'oscarisé Démineurs) ou bien encore par ce thriller futuriste brillant et sombre à la fois, bien trop vite enterré, qu'était Strange Days. Travail de fourmi, torture et volonté d'objectivité , Zero Dark Thirty concentre 10 ans de chasse à l'homme en 2h36 de film et porte un regard interrogateur sur une période aussi sombre que ces 30 minutes qui sont venues la conclure.

Lire la suite...

Citadel (Ciaran Foy, 2013)


tags | , , , , , , ,

0 comments

En Irlande, Tommy vit avec sa femme prête à accoucher, dans une ville sinistrée, presque désertée, en attente de rénovation. La brutale attaque dans laquelle Tommy pers sa compagne, le laisse seul avec son bébé,, et sujet à une puissante agoraphobie. Les agresseurs de sa femme, des individus capuchés et violents de la tour voisine s'attaquent à son domicile, Tommy comprend qu'ils veulent sa fille. Qui sont ces habitants de la tour, que la peur de Tommy  semble attirer comme un aimant ? Un gang ? Ou bien des démons, comme le prétend ce prêtre qui projette de brûler la tour ?

Des jeunes à capuches, une ville frappée par la violence économique et un père seul, accablé par un drame personnel qui le laisse traumatisé et désemparé... On pourrait croire que Citadel propose un regard social et urbain sur les effets de la désertification économique sur les banlieues, et la violence qu'elle génère, mais c'est pourtant bien au genre fantastique qu'il s'attaque. Si le projet peut sembler léger avec ses gangs/démons et sa tour maléfique, Citadel à quand même quelques bons, voire excellents, moments à proposer au spectateur...

Lire la suite...

L'Homme aux Poings de Fer (The Man With The Iron Fists - RZA, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Dans un village contrôlé par plusieurs bandes, l'arrivée de l'or royal attise bien des convoitises. Avec The X Blade qui souhaite venger son père assassiné et Jack Knife, Blacksmith, le forgeron qui fournit les armes de chaque groupe, sera amené à prendre parti dans cette poudrière prête à exploser.

Le nom de Tarantino sur l'affiche (à la production) laissait à penser que The Man With The Iron Fists allait se rapprocher son univers référentiel, jouissif, cinéphile et décalé. Mais lorsque c'est RZA, une figure de monde Hp-Hop, à qui l'on doit par ailleurs la formidable BO du Ghost Dog de Jarmush, l'entreprise revêt une toute autre allure. The Man With The Iron Fists puise dans le cinéma de kung-Fu et semble vouloir mettre en image un résumé-hommage de ce cinéma de genre qui fascine une partie du monde Hip-hop par son aspect guerrier (le Wu Tang Clan, ça vous parle... ?). Le poing, on se le prend effectivement en pleine gueule !

Lire la suite...

L'Ombre d'Un Doute (Alfred Hitchcock, 1943)


tags | , , , , , , , , , ,

0 comments

Oncle Charlie s'invite chez sa soeur, et sa nièce Charlie, aussi, en est la première ravie ! Mais Charlie a ses petits secrets, c'est un homme qui parle peu de lui... Quand deux hommes insistent pour interviewer toute la famille réunie, oncle Charlie s'esquive... Ce sont en fait des policiers qui recherche un meurtrier ! Le gentil tonton Charlie serait-il l'assassin recherché ? Le doute s'installe lourdement chez sa nièce, le climat aussi va devenir pesant dans cette "famille modèle"...

Après le fun et la légèreté de La Cinquième Colonne (malgré son sujet grave à cette période), Hitchcock endosserait presque à son tout ce rôle d'ennemi de l'intérieur, en mettant en péril l'une des valeurs-piliers de la société américaine : la famille. Le péril ne vient plus du coeur du pays, d'un nid d'espions, mais du coeur de la famille. Il n'en est pas moins redoutable, puisque le crime envisagé dans l'Ombre d'Un Doute n'est autre que le meurtre de la fille de sa soeur : le bon tonton Charlie envisage-t'il de tuer sa propre nièce ? En tout cas, Hitchcock s'amuse avec cette hypothèse pour notre plus grand plaisir !

Lire la suite...

Taken 2 (Olivier Megaton, 2012)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

 En vacance avec son ex-femme et sa fille à Istambul, Bryan Mills va devoir affronter un chef de clan Albanais qui veut venger la mort de ses hommes et de son fils. Il est enlevé avec sa femme, mais pire encore, les hommes de Murad veulent aussi capturer sa fille. L'objectif de Murad est clair une vengeance implacable... celui de Bryan Mills, protéger sa famille.

Nous n'attendons plus rien des productions Europa, même si des films comme le sublime Trois Enterrements nourrissent encore notre curiosité. Taken 2 est donc, sans surprise, un nouveau fleuron bien représentatif du cinéma selon Besson : action maximale, scénario minimal.

Lire la suite...

Blancanieves (Pablo Berger, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

La carrière du célèbre torero Antonio Villalta s'arrête sur une série de drames, dont la mort de sa femme morte pendant son accouchement. Ce n'est qu'après un mariage malheureux, quelques années plus tard il retrouve sa fille, Carmen. Mais sa femme les séparera de nouveau et laissera Carmen pour morte. Recueillie par une troupe de cirque, sans souvenirs de son passé, elle va devenir Blancanieves, torero reconnue au sein de la "petite" troupe, sur les traces de son père sans s'en en avoir conscience... Sa belle mère n'apprécie pas du tout ce nouveau destin.

"C'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures...", mais avec Blancanieves, il ne s'agit pas de soupe ! Relecture du conte des Grimm transposée dans l'Espagne des années 20, cette Blanche-Neige, comme une réponse aux récentes adaptations, adopte des choix visuels forts : Noir et Blanc, Muet et habits de lumière, puisque notre belle endormie évolue ici sur le sable de l'arène... Après The Artist, le "cinéma comme avant" impose de nouveau ses qualités éternelles à nos yeux, ce moderne Blancanieves est à lire au passé...

Lire la suite...

End Of Watch (David Ayer, 2012)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Brian Taylor et Mike Zavala sont policiers dans les quartiers chauds de la Cité des Anges. Équipiers  amis, leur quotidien est fait de complicité dans l'habitacle de leur véhicule et d'une complémentarité sans faille lors de leurs interventions souvent périlleuses. Bons flics, ils le sont certainement, et forcément, dans ces quartiers tenus par les gangs,ce qui attire l'attention, ce n'est pas leur courage, mais leur zèle gênant....

Voici la bonne surprise de la semaine. Alors que nous n’espérions qu'un action movie bien fagoté, c'est la présence de l'excellent Jake Gyllenhaal que notre attention s'est portée sur End Of Watch, et en a été récompensée. Plongée documentaire et tendue dans le quotidien des flics de LA, End of Watch, malgré une mise en image un poil énervante, s'impose doucement pour dépasser le simple divertissement et nous proposer une virée aussi attachante que nerveuse.

Lire la suite...

The Collection (Marcus Dunstan, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Le Collectionneur, un serial-killer implacable et organisé, laisse toujours un survivant dans ses massacres soigneusement mis en scène... C'est la fille d'un homme fortuné qu'il garde cette fois-ci en vie, mais Arkin échappe pourtant au massacre. Ce dernier est recruté de force par l'équipe chargée de sauver la future victime du Collectionneur... La mission de sauvetage se heurte rapidement à l'efficacité et l'ingéniosité du tueur...

The Collection est la suite de The Collector, réalisé en 2010 par Marcus Dunstan, à qui l'on doit quelques épisodes de la série Saw. On y retrouve donc bien des aspects propres aux torture-movies, dont la l'exercice de perversité dans la conception de la mort des personnages, lancée par la franchise Saw. On n'y retrouve pas, en revanche, la personnalité du premier opus, plutôt mauvais dans l'absolu, mais tout à fait jouissif pour les amateurs de thriller nerveux et goreux. The Collection à beaucoup de choses à offrir aux spectateurs, à commercer par tenir sa promesse : "ça va charcler" !

Lire la suite...

7 Psychopathes (Seven Psychopaths - Martin McDonagh, 2012)


tags | , , , , , , , , , ,

0 comments

Marty a bien le titre de son prochain scénario, "7 psychopathes", mais pas l'histoire. C'est Billy, son ami kidnappeur de chiens, qui va l'aider à construire son histoire, il va même lui apporter des vrai psychopathes, dont Charlie, un gangster violent, prêt aux pires extrémités pour récupérer le Shi-Tzu que Billy a kidnappé... Doucement, mais sûrement, de vrais psychopathes entourent Marty...

Le nom de Martin McDonagh ne vous dit peut-être rien, mais on lui doit le discret, mais excellent, Bons Baisers de Bruges, ainsi que le sympathique L'Irlandais. L'homme est britannique, son cinéma est simple, voire même sans panache, mais souvent diablement sympathique et divertissant, jamais bête. 7 Psychopathe est donc son nouveau film, moins européen que les précédents, plus américain en fait, mais aussi armé d'un casting gentiment alléchant, en plus de sa phrase d'accroche savoureuse "c'est comme les 7 mercenaires, mais avec des psychopathes"...

Lire la suite...

The Master (Paul Thomas Anderson, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Dans les années 50, Freddie est un homme troublé, alcoolique, fou pour certains, abimé ou fragile pour d'autres. Sa rencontre avec Lancaster Dodd, un auteur adulé pour ses théories sur l'homme et la vie exposées dans le livre "La Cause", va déboucher sur une relation forte, atypique et énigmatique. Lancaster Dodd, sorte de Gourou, endoctrine Freddie, et l'utilise pour construire ses recherches... Freddie aussi est en quête de vérités... Lequel des deux a besoin de l'autre ?

Doorama est toujours en état de transe avant de découvrir un film de P.T. Anderson. Magnolia, Boogie Night, There Will Be Blood ou Punch Drink Love : prétentieux ou génial, le cinéma de P.T. Anderson parvient toujours à en imposer  par l'originalité de ses sujets, sinon leur approche, et par son impressionnant langage cinématographique. The Master nous a pourtant laissé perplexe au sortir de la salle... Une chose semble pourtant acquise : ces films qui vous laissent perplexe à l'issue de leur découverte gagneront (ou pas !) votre coeur, mais en tout cas ils ont déja gagné votre cerveau... Les voies de The Master seraient elles finalement impénétrables ?

Lire la suite...

John Dies At The End (Don Coscarelli, 2013)


tags | , , , , ,

0 comments

David et John sont deux potes qui se frottent au paranormal à leurs heures perdues. Lors d'une fête, ils prennent une drogue, la "Soja Sauce", qui leur permet de voir les réalités parallèles. Ils vont surtout devoir se battre contre les créatures qui tentent d'investir notre monde, finalement si calme !

Don Coscarelli est aux commandes de cet ovni un peu fourre-tout. L'homme de Phantasm, du paraît-il excellent Bubba Ho-Tep, et de Dar l’invincible (un genre de Conan qui parle aux animaux dans les 80's... avec l'acteur de la série V : tout un programme !) balance un film original, drôle et déjanté qui brasse les créatures et les mondes parallèles. Vif et surprenant, John Dies At The End l'est, mais il est aussi un puissant "diviseur de rédaction"...

Lire la suite...

La Cinquième Colonne (Sabateur - Alfred Hitchcock, 1942)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

En pleine seconde guerre mondiale, Barry Kane, un ouvrier qui travaille dans les usines d'armement, est accusé de sabotage. Traqué par la police, il tente de retrouver la trace du véritable saboteur pour se disculper. Son enquête l'entraînera au coeur du puissant réseau de conspirateurs actif aux Etats-Unis, au beau milieu de la "cinquième colonne"...

Avec déjà pas mal de réussites, pour ne pas dire "chefs-d'oeuvre", à son actif, c'est en pleine guerre que Hitchcock participe à l'effort de guerre en livrant ce film patriote et propagande... Bien que sur une tonalité très différente d'un autre "petit film patriotique" tourné cette même année, l'immense Casablanca, La Cinquième Colonne se découvre encore aujourd'hui non seulement comme un superbe représentant de ce cinéma patriotique d'alors, mais aussi comme une véritable bande-annonce des prochains grands films d'espionnage d'Hitchcock, et tout particulièrement La Mort Aux Trousses.

Lire la suite...

Hiitchcock (Sacha Gervasi, 2012)


tags | , , , , ,

0 comments

A Hollywood, le Maître du Suspense cherche son nouveau projet... C'est le livre inspiré de Ed Gein, Psychose, sur lequel se porte son dévolu : Alfred Hitchcock commence la difficile fabrication de Psychose, ils sont nombreux ceux qui voient mal le Maître aux commandes d'un film d'horreur, indigne de lui...

Hitchcock s'intéresse à la vie du réalisateur en se focalisant sur la fabrication de son plus gros succès. On connait le talent du maître, le grand public connaît peut être moins les origines de psychose, et encore moins l'influence de sa femme dans la carrière du réalisateur. Grâce à une impressionnante transformation physique, notre bon vieux cabotin de Anthony Hopkins endosse donc l'uniforme pour nous narrer la (souvent) difficile naissance d'une oeuvre cinématographique... Hitchcock n'est pas Hitchcock...

Lire la suite...

Cogan : Killing Them Softly (Andrew Dominik, 2012)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

Dans l'Amérique de Bush, deux petits truands braquent un cercle de jeu pour le compte d'un troisième. Le milieu de la pègre fait appel à Jackie Cogan pour trouver les responsables et leur faire comprendre leur erreur.

Thriller cynique et désincarné réalisé par Andrew Dominik, à qui l'on doit le sublime L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, Cogan Killing Them Softly laissera sceptiques bien des spectateurs. Sorte de cousin de Tarantino, teinté de quelque chose des frères Cohen pour l'ironie qu'il dégage et son humour discret, Cogan Killing Them Softly est stylé, sombre, bavard, et furieusement désenchanté. Andrew Dominik est un homme dont la rédaction va guetter les prochains films avec attention et fébrilité...

Lire la suite...

Les 4 Justiciers (One Down, Two To Go - Fred Williamson, 1982)


tags | , , , , , ,

0 comments

Parce que le combat sur lequel ils avaient parié était truqué, Chuck et Ralph ne comptent pas se laisser faire et sont bien décidés à récupérer leur dû. Ils font appel à deux amis, J et Cal, ils ne seront pas trop de 4 pour s'attaquer à Mario, membre éminent de la Mafia.

Ca ressemble à un film de Blacksploitation, ça utilise des stars de la Blacksploitation, ça exploite la Blacksploitation, mais Les 4 Justiciers n'est pas tout à fait de la Blacksploitation... Il a simplement raté la période, en plus de rater deux ou trois autres petites choses... Blancs, Blacks, Beurs : découvrons ensemble nos 4 justiciers !

Lire la suite...

Cloud Atlas (Andy Wachowski, Lana Wachowski, Tom Tykwer, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Hier, de nos jours, demain, et même après demain, pas moins de six destins, six combats, s'entrecroisent, se répondent et s'interconnectent. L'histoire de l'humanité n'est que la répétition d'hommes qui se battent toujours pour les mêmes choses, toujours pour les mêmes valeurs, toujours contre d'autres hommes.

Les Wachowski sont décidément bien difficiles à cerner... Après le très chouette thriller lesbien Bound, le choc visuel Matrix, les déceptions de ses deux suites et la bouse Speed Racer, voici qu'il reviennent avec l'adaptation d'un livre inadaptable : Cloud Atlas. Passant allègrement de tribus primitives à une Corée futuriste à la Soleil Vert, Cloud Atlas propose une aventure de presque 3h00. Trois heures avec les Wachowski (et Tom Hanks qui plus est !), est-ce bien raisonnable ? Voici notre réponse...

Lire la suite...

Histoire de Fantôme Japonais (Tokaido Yotsuya Kaidan, Nobuo Nakagawa, 1959)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Iémon épouse la fille d'un samouraï et promet de venger son père assassiné, alors qu'il en est en fait le meurtrier. Rapidement, il se lasse d'elle, lui préférant dame Emu, et transforme sa vie en enfer, jusqu'à l'assassiner elle aussi. Le jeune femme, trompée de bout en bout, reviendra le hanter pour trouver vengeance.

Bon... En fait "oui", mais "non"... Plus connu sous le nom de Tokaido Yotsuya Kaidan (non, on déconne...), Histoire de Fantôme Japonais reprend un conte horrifique traditionnel où une femme trahie revient se venger de son assassin. Souvent abordé dans le cinéma japonais ce conte-là se rapproche beaucoup de l'univers de Kwaidan (1965), mais son traitement est bien différent.

Lire la suite...