Accueil

Texas Chainsaw 3D (John Luessenhop, 2013)


tags | , , , ,

0 comments

Heather se rend au Texas avec des amis pour découvrir la demeure dont elle a hérité d'une partie de la famille qu'elle ignorait...  Elle va rapidement se rendre compte que la maison n'est pas inoccupée et que l'occupant n'est autre que Leatherface, l'auteur du terrible massacre de 1974, et qu'elle est liée à la famille de celui-ci...

En grand fan du premier Massacre à la Tronçonneuse, et même de la saga en général, malgré des épisodes 3 et 4 réellement ratés, nous nous sommes intéressés à cette 7ème exploitation du tueur à la tronçonneuse. Ce Texas Chainsaw 3D commence directement après la dernière scène mythique du premier opus, on se surprend alors à espérer une bonne surprise, il faudra hélas faire sans, car Texas Chainsaw s'effondre sur sa courte longueur... 7 épisodes au compteur pour la saga : le chiffre 3 n'est décidément pas le lucky number pour Leatherface...

1974, un redoutable film d'horreur voit le jour sous la houlette de Tobe Hooper. Inspiré du fait divers autour du tueur Ed Gein, qui inspira aussi le Psychose du maître Hitchcosk, Massacre à la Tronçonneuse 1974 (on va dire TCM comme Texas Chansaw massacre...) utilise le même pouvoir de suggestion que Psychose et distille une peur radicale sans rien montrer de gore...  Une pépite du genre est née ! En 1986, Tobe Hooper reprend le bébé pour livrer une suite barrée avec un savoureux Dennis Hopper pour manier l'outil... Le second opus tient la route, mais ne fait plus peur... Deux autres épisodes insignifiants suivent, avant qu'en 2003 et 2006 la saga retrouve un second souffle avec un remake du premier suivi d'un "nouveau commencement", qui bien qu'inutiles tiennent leurs promesses... Et nous voici à ce que nous pouvons appeler le 3ème épisode de la saison 2. Fini la peur, fini l'intelligence, fini l'ambiance, Texas Chainsaw 3D tente en vain de reprendre les codes emblématiques de TCM, mais se heurte à une simple exploitation commerciale de la série.

On retrouve donc nos jeunes, simples chairs à tronçonneuse prétextes à quelques scènes gores plutôt rigolotes et bien foutues, mais les scénaristes accouchent hélas d'un scénar laborieux et peu inspiré. En 1974 la police récupère la survivante du massacre et va arrêter la famille détraquée : l'arrestation dégénère et des habitants de la région tuent tout le monde... sauf un bébé ! Quelques années plus tard, à l'occasion d'un "héritage-surprise", Heather découvre que ses parents ne sont pas ses vrais parents et qu'un cousin l'attend dans les sous-sols de son héritage ! En plein n'importe quoi, notre petite Heather ne sera pas plus gênée que ça par son nouveau cousin qui découpe tous ses amis, et va donc découvrir la force du lien familial pour son monstrueux cousin sanguinaire... Oui, bien sûr, l'amateur de ciné d'horreur trouvera son compte dans cet épisode grâce à quelques scènes gentiment crades, mais passé le premier degré des scènes horrifiques, c'est la limite du ridicule qui pointe pour le scénario et le manque total d'intelligence qui caractérise ce nouvel épisode. Simple exploitation, Texas Chainsaw 3D remplit sa fonction première de montrer du sang, et s'interdit toute tentative de retrouver la terreur inspirée par son modèle. Un peu bête, plutôt vain, Texas Chainsaw 3D parvient juste à tenir 92 minutes pour les fans de films d'horreur, même si on espérait qu'il poursuive la voie de l'efficacité des épisodes de 2003 et 2006, on n'est pas surpris du résultat minimum de la version 2013.

Aux antipodes du premier film de Tobe Hooper, il y à donc ce nouveau film, simple attraction ordinaire pour spectateur peu exigeant. Rien à dire de plus sur ce TCM version 2013, mais l'occasion de rappeler une fois de plus les immenses qualités du film de 1974, de corriger quelques idées reçues à son sujet... Massacre à La Tronçonneuse n'est PAS un film gore, avec un budget limité (à cause de ?), il à opté pour la suggestion et un travail de sape sur les nerfs des spectateurs. Même si Massacre à La Tronçonneuse a bien vieilli, il a posé des codes du genre, et ses vingt dernières minutes demeurent une expérience de terreur unique pour le spectateur, un modèle du genre ! En 1974 l'hystérie et la radicalité fusionnent à la perfection avec une capacité de suggestion pour créer un moment unique dans le cinéma d'horreur... Souvent banni des domaines d'exploration de nombreux cinéphiles, car trop étiqueté "film de genre" peu digne d'intérêt, Massacre à La Tronçonneuse recèle du génie dans sa conception. Un coup de chance, certes, pour Tobe Hooper qui ne retrouvera jamais ce niveau de perfection dans ses réalisations, mais une incroyable réussite qui sont un modèle d'intelligence quant aux procédés utilisés pour donner vie à un film, pour créer une peur à la limite de l'expérience ! Texas Chainsaw 3D est un simple doudou pour amuser les enfants, mais il nous rappelle qu'à sa base, il y a un exercice unique, diablement intelligent et rarement reproduit... Texas Chainsaw 3D ou comment décrire un film en parlant d'un autre !

Procurez-vous Texas Chainsaw 3D ou d'autres films de John Luessenhop ou avec Alexandra Daddario

Laissez un Commentaire