Accueil

Affichage des articles dont le libellé est évasion. Afficher tous les articles

Chicken Run (Peter Lord, Nick Park, 2000)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Ginger ne rêve que de s'évader du poulailler et de quitter sa misérable vie de pondeuse. Lorsque le coq Rocky attérit un jour au beau milieu du poulailler, Ginger entrevoit alors la solution : Il faut voler ! Il faut faire vite aussi car les fermiers installent une terrible machine à faire des Tourtes au Poulet !

Les Studios Aardman à leur plus haut niveau, enfin, juste après Les Aventures de Wallace et Gromit ! Chicken Run demeure plus de 10 ans après comme au premier jour, totalement épargné du temps qui passe. La raison tient autant de l'incroyable niveau de qualité de l'animation "pâte-à-modeler", que d'une réalisation aussi inventive qu'adaptée, qu'à son scénario parodique référentiel.

Cette version fermière de La Grande Evasion (qui remplacera Steve McQueen par un avantageux coq flambeur doublé par Mel Gibson...), parvient à éviter de céder aux sirènes de sa lecture par les enfants. On est en effet surpris de voir que Chicken Run n'a d'enfantin que l'apparence de ses personnages (mais pas leur conception !) et qu'à de très très rares moments seulement il s'enferme dans une vision destinée aux enfants. Il parvient donc ainsi, avec ses trésors d'humour anglais bien senti et souvent très fin, à être au final davantage un film pour public adulte que pour les enfants (nous sommes à la rédaction persuadé que l'animation n'est pas synonyme de film pour enfants, mais l'êtes vous ? Si non : Chicken Run !). D'ailleurs il ajoutera à son modèle une lecture du génocide Nazi, qui donnera encore plus de sens et de souffle au film, en invitant la solution finale sous forme de machine à tourtes ! (audacieux, mais tellement bien amené).

Film pour adulte donc (mais pas que, bien sûr !), Chicken Run joue à fond la carte de la parodie et nous livre derrière sa matière animée image par image, une formidable galerie de personnages pleine de vie, et à la psychologie aussi travaillée que son animation ! Chicken Run est un travail de maître horloger d'une précision rare : expressions des poules, situations générales, décors, rythme, humour et même émotion parfois, sont superbement mis en oeuvre dans cette géniale histoire entre aventure et délire maitrisé.

Il nous parait difficile de trouver le moindre reproche à formuler à l'encontre de Chicken Run... Il propose un univers bien plus riche que celui de Disney (même si les objectifs ne sont pas les même, il est vrai), il prouve (mais fallait il encore le démontrer) que l'animation n'est "pas que" destinée aux enfants, et par dessus tout nous offre un film drôlissime, rempli de savoureux détails visuels comme scénaristiques. Lors de sa sortie, nous avions certes beaucoup aimé ce poulailler en folie, mais sans en tomber pleinement amoureux (quoi que Ginger, la jolie poulette...). Aujourd'hui, sa redécouverte nous à permis de voire (contempler ?) toute sa finesse, sa vie et son énergie que son rythme à 100 à l'heure ne nous avait pas laissé le temps de voire lors de notre première vision. La plus grande complexité possible sous des apparences de simplicité évidente : et si c'était ça le génie ?

Procurez-vous Chicken Run ou d'autres films de Nick Park ou avec Mel Gibson

Prison on Fire 2 (Ringo Lam, 1991)


tags | , , , , , ,

0 comments

Ching termine tranquillement sa peine de prison, mais la cruauté du nouveau chef de la sécurité et les tensions entre chinois et hong-kongais vont le pousse à s'évader.

Suite directe de Prison On Fire, cet opus reprend tout le décor décor précédant (maton cruel, solidarité et conflits entre detenus, survie en prison...) et joue cette fois-ci la carte de l'action et des rebondissements. Même si l'on garde les thématiques, on s'éloigne ici de la réflexion sur l'univers carcéral pour se rapprocher du film d'action, ponctué ici de péripéties en tout genre.

Toujours porté par Chow Yun-Fat (alors méga star à hong-kong, mais pas encore utilisé à l'international), Prison On Fire 2 perd donc de son fond, mais on y gagne en plaisir puisque son rythme plus soutenu lui donne une légèreté et un punch qui lui permettent, bien plus facilement que son préquel, d'affronter son âge et sa nature de film de genre.

Objectivement moins bon que le premier film, n'échappant toujours pas aux scènes sentimentales indigestes, et quand même très typé fin 80's, Prison On Fire 2 se verra sans ennui pour les nostalgiques du cinéma d'action et de genre qui pullulait alors (on regretterait presque le support VHS pour le visionner !)

Sans aucune autre prétention que de remplir 1h30 sans ennuyer le spectateur, Prison On Fire (1 et 2) fait partie du cinéma commercial d'alors, et doit être vu comme tel. Si cette série n'a que peu d'intérêt cinématographique (était-il besoin de le préciser), il faudra lui reconnaître que Ringo Lam, son réalisateur, aura réalisé ce diptyque avec bien plus de soin et de conviction que nombre de productions de cette période (à Hong-Kong comme ailleurs). Envie d'un revival ?