Accueil

Affichage des articles dont le libellé est 8. Afficher tous les articles

Ma Vie Avec Liberace (Behind the Candelabra - Steven Soderbergh, 2013)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

 La relation amoureuse qui unit des années durant Scott avec Liberace, un pianiste talentueux davantage adepte des strass que de l'imagerie classique des pianistes.

Chapeau bas à ces adieux de Steven Soderbergh... Ma vie Avec Liberace n'est pas des plus passionnant dans l'absolu, mais ce qu'il témoigne du talent de son réalisateur ainqi que les prestations qu'y livrent ses acteurs, surtout Michael Duglas, sont simplement énormes... On détestera facilement le chant du cygne de Soderbergh, mais à la rédaction, nous pensons qu'il a su ici proposer au spectateur une histoire touchante, simple et pure, sans jamais tomber dans les travers du gay friendly...

Ma Vie avec Liberace parvient à mettre au premier plan les pires stigmates des grandes folles exaspérantes, mais jamais ne s'en sert pour ses objectifs... Le grand écart est réalisé à la perfection : quelque soit l'exécrable milieu dans lequel prend vie cette histoire, seul le décor est hideux (ce sont les faits, le décor d'alors... voilà tout...), car l'histoire de ce couple nous est contée avec un tact, une justesse et une pudeur impressionnantes..

Soderbergh, ton style, ta curiosité et ton talent de raconteur d'histoires nous manqueront...

Procurez-vous Ma Vie Avec Liberace ou d'autres films de Steven Soderbergh ou avec Michael DouglassMatt Damon ou Dan Aykroyd

Panique au Village (Vincent Patar & Stéphane Aubier, 2009)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Pour l'anniversaire de Cheval, Indien et Cowboy décident de lui offrir un barbecue... Mais au lieu de commander 50 briques, ils commandent par erreur des centaines de milliers de briques ! C'est le début d'une grande aventure !

Une joyeuse hystérie, voilà l'impression que nous a laissé l'adaptation long métrage de Panique Au Village (on vous rassure, on ne connaissait pas les courts...). Imaginez de simples figurines pour enfants, telles qu'elles sont vivantes dans leurs mains, vivre les aventures (épuisantes) qu'ils leur réservent. "Alors on dirait que (...) mais en fait..." : c'est le principe de Panique au village. Traversé d'un vent de folie aussi débile que drôle, Panique au Village vous emporte loin... très loin...

Lire la suite...

Dark Skies (Scott Charles Stewart, 2013)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

Les Barrett et leurs deux enfants sont une famille comme tant d'autres dans une banlieue ordinaire. Mais lorsque chaque nuit il se produit de curieux événements à leur domicile, la petite vie tranquille des Barrett va basculer... Ils sont visités par quelque chose qui ne s'arrêtera pas à la simple blague de l'empilage mathématiques d'assiettes, mais semble s'orienter vers l'enlèvement d'un des membres de la famille...

Nos lecteurs les plus fidèles l'auront remarqué, en ce moment la rédaction est davantage orientée "genre" ou "grosses machines" que "classique" ou "ciné d'ailleurs" (patience, ça revient...)... Dark Skies en est notre récompense ! La voilà notre bonne surprise du mois, le voilà notre petit film qui nous a donné sa petite claque ! Dark Skies n'est pas la révolution d'un genre (ni un énième found-footage comme on pourrait hâtivement le penser !), mais son ambiance, son traitement et certains de ses choix ont emporté notre adhésion totale à sa proposition. Quelque part situé entre Poltergeist et Rencontre du Troisième Type, Dark Skies nous fait son petit numéro sans jamais céder aux pressions qui pèsent sur le traitement et le sort de la famille 'ricaine au cinéma, il réussit même à nous surprendre et nous faire gentiment flipper ! On vous dit ce qu'on a terriblement aimé dans Dark Skies...

Lire la suite...

Ernest et Célestine (Benjamin Renner, Vincent Patar, Stéphane Aubier, 2012)


tags | , , , , ,

1 comment

C'est un fait bien connu de toutes les petites souris, les ours mangent des souris ! Célestine, une petite souris sans parents, ne croit pas du tout que les ours soient méchants. En pleine expédition de récupération de dents d'ours, sa rencontre avec Ernest, un ours solitaire, va être le début d'une amitié solide et pleine de tendresse.

Un peu de tendresse dans un monde de brutes... Avec ses dessins délicats, ses couleurs pastel et sa poésie, Ernest et Célestine à tout pour plaire... aux tout petits, bien sûr, mais aussi aux grands ! Charmante ode sur l'amitié et la différence, Ernest et Célestine est une bouffée d'oxygène qui a trouvé sans aucune difficulté sa place entre le remake de Maniac et le dernier Rob Zombie... On vous emmène faire un court tour du coté de Ernest et Céléstine...

Lire la suite...

Only God Forgives (Nicolas Winding Refn, 2013)


tags | , , , , , , ,

0 comments

A Bangkok, le frère de Julian est assassiné par la police locale. L'arrivée de sa mère pour récupérer le corps, va le pousser à chercher vengeance.

Oui, c'est avec un scénar digne des plus mauvais films de Van Damme que l'auteur de Drive nous revient sur les écrans... Nicolas Winding Refn retrouve Ryan Gosling et nous offre un film comme il en a le secret : excessivement violent, d'une beauté visuelle hyper travaillée et explorant les codes d'un genre comme il l'avait fait avec Valhalla Rising (Le Guerrier Silencieux), comprenez donc comme aucun autre ! Beaucoup détesterons le nouveau Refn... nous non : bien au contraire même !

Lire la suite...

La Chasse (Thomas Vinterberg, 2012)


tags | , , , , ,

0 comments

Lucas travaille dans une école, il est très apprécié des enfants, mais l'un d'eux déclare qu'il s'est adonné à des jeux d'adultes avec elle. En pleine reconstruction personnelle après son divorce, et alors qu'il se rapprochait enfin de son fils, c'est le début d'une descente aux enfers... Les témoignages se multiplient, toute la petite ville le montre du doigt, la violence à son encontre monte dangereusement. Le petit mensonge d'une enfant prendra des proportions infernales... irréversibles ?

Nous devons être dans notre "instant danois" à la rédaction, car après Royal Affair et A Hijacking, c'est de nouveau un film Danois qui nous rend tout électrique. La Chasse n'a peut-être pas la force de Festen, mais la modestie avec laquelle il s'attaque à son sujet, sans effets, ni pathos excessif, alliée à la géniale performance de Mads Mikkelsen en font un drame absolument captivant. Thomas Vinterberg aime les "victimes innocentes", l'injustice que subit Lucas prend dans La Chasse une dimension psychologique parfaitement réussie : passer deux heures avec Mads Mikkelsen et le voir s'enfoncer, souffrir, tient peut être de la perversion, mais reste que La Chasse glace le sang et laisse peu de répit au spectateur... Alors forcément...

Lire la suite...

A Hijacking (Kapringen - Tobias Lindholm, 2012)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Au large de la Somalie, le cargo MV Rozen est pris en otage par des pirates.... Les négociations s'engagent avec l'armateur danois. Des pirates qui demandent 15 millions de $, un armateur qui propose 250 000 $, et au milieu la vie de 7 hommes d'équipage... Un bras de fer commence, la situation s'installe dans le temps et la négociation sera difficile.

Viva le Danemark ! Il ya eu le Dogme, des Von Triers ou des Vinterberg continuent aujourd'hui, avec d'autres, de livrer des oeuvres brillantes et fortes... Après notre coup de coeur sur Royal Affair, c'est maintenant au tour de Kapringen de malmener la rédaction, de la laisser "sur le C...". Kapringen s'attaque à décortiquer les coulisses d'une prise d'otage. Il s'attarde non pas sur les hommes au centre, mais sur les enjeux à défendre au niveau du "payeur"... Sa violence et sa dureté ne sont plus focalisées sur celle subie par les otages, mais sur ce qu'il conviendrait d'appeler les "règles capitalistes du jeu". Kapringen s'attaque au poids de la vie d'un homme dans un système capitaliste, son style réaliste lui donne une force et une brutalité diablement efficace... Kapringen fait mal : vous êtes prêt ?

Lire la suite...

Wrong (Quentin Dupieux, 2011)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

Dolph se réveille comme tous les matins à 7h60, mais ce matin, Paul, son chien,  n'est plus là... Bouleversé par sa disparition, le quotidien de Dolph s'en trouve ébranlé. Son jardinier, le mystérieux Maître Chang, le détective chargé de retrouver Paul ou Emma, la vendeuse de pizza qu'il ne connaît pas qui vient vivre chez lui, émaillent ses jours de solitude dans de bien curieuses trajectoires...

Sans doute la rédaction de Doorama est très friande de ces cinéastes "arty" et ésotériques, génies où escrocs... De Wes Anderson (arty ?) à David Lynch (ésotérique ?), et on pensera aussi au délicat Cashback, il y a de ces cinémas qui nous enthousiasment. Nous rangeons Wrong dans cette catégorie, parmi ces "ovnis" que l'on observe avec le cerveau qui s'emballe, sans pour autant être certains de ce que l'on en pense... Une expérience... Et quelle expérience que de retrouver de nouveau réunis Flat Eric avec son papa Quentin Dupieux (aka Mr. Oizo), puisque Flat Eric fait l'un des plus beaux caméo de cette décennie dans le panier de Paul le chien ! Wrong nous embarque pour "nulle-part-land", quelque part entre ici et ailleurs...

Lire la suite...

Broken Flowers ( Jim Jarmush, 2005)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Don Johnston, avec un "t", reçoit un jour une lettre d'une de ses anciennes (et nombreuses) conquêtes, lui annonçant qu'il a un fils. L'absence de nom sur la lettre l'entraîne à entamer une tournée de ses ex, afin de découvrir qui d'entre elles est la mère de ce fils qu'il ne connait pas. Un seul indice : la lettre a été tapée en rouge sur du papier rose...

Pour certains, Jarmush est ce cinéaste un peu Arty de Stranger Than Paradise ou Down By Law, pour d'autres il est le papa de Ghost Dog, film plutôt unique dans sa filmographie. Une chose est sûre, Jim Jarmush, aime ses acteurs et ses films décrivent avant tout des personnages plutôt que des histoires à proprement parler. Sensible, drôle et décalé, c'est Bill Murray qui se charge ici à donner vie à un Don Juan en quête de réponses : Road Movie paternel, c'est parti !

Lire la suite...

Royal Affair (En Kongelig Affære - Nikolaj Arcel, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Au Danemark, le roi s'adjoint les services d'un médecin personnel : Johann Friedrich Struensee. Ce dernier, adepte des Lumières, jouit d'une grande influence sur ce roi que ses conseillers considèrent comme à demi fou. Ses idées révolutionnaires ne laisseront pas insensible la reine Caroline, et une liaison va naître entre la reine et le médecin du roi. Mais l'influence de Stuensee sur Christian et les nouvelles lois appliquées au royaume danois sont loin d'être du goût de tous, et son aventure avec la reine risque bien de servir ses opposants.

Il est donc possible de mélanger passion amoureuse et révolution politique dans un film en costume sans tomber dans les clichés et les codes usés. Nous avons entendu un critique dire qu'il fallait "remonter à Barry Lyndon pour retrouver un film en costume avec une telle envergure", on applaudit des deux mains à la rédaction, tout en évoquant aussi Les Duellistes... Royal Affair à fait mouche à la rédaction, autant pour sa forme, sobre et travaillée, que pour ses acteurs (le décidément énorme Mads Mikkelsen en tête) que pour son équilibre entre romance et politique... Royal Affair n'en met pas plein la vue, c'est la tête qu'il vise...

Lire la suite...

Casque d'Or (Jean Becker, 1952)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Georges Manda fait la connaissance de Marie, Casque d'Or. Entre le menuisier ancien voyou et la fille de joie, c'est le coup de foudre ! Mais le petit-copain de Marie, ne le voit pas comme ça, Félix Leca, le chef de la bande à laquelle il appartient, encore moins ! Georges va tuer un homme au cours d'un duel, et Félix utilisera cet épisode pour obtenir ce qu'il désire : Casque d'Or...

Encore un classique du cinéma français... Encore un de ces films qui offre un Paris populaire, cerné de guinguettes et peuplé de mauvais garçons dont les manières et le parler nous paraîtraient pourtant, aujourd'hui, bien polies ! Casque d'Or, malgré l'époque qu'il décrit, conserve une intemporalité délicieuse et une force dramatique toujours aussi imparable : Amour, carrefour de tous les possibles... Amour, "sac à embrouilles"...

Lire la suite...