Accueil

Affichage des articles dont le libellé est Dario Argento. Afficher tous les articles

Inferno (Dario Argento, 1980)


tags | , , , , , ,

0 comments

A New York, Rose découvre que l'immeuble dans lequel elle vit est l'antre d'une des Trois Mères, la mère Ténèbre (la mère des Soupirs est à Fribourg, la mère des Larmes à Rome...). Effrayée de sa découverte, elle demande à son frère vivant à Rome de la rejoindre, mais lorsqu'il arrive enfin, Rose à disparu...

Deuxième volet de la Trilogie des Trois Mère (avec Suspiria en 1977 et Mother of tears en 2009), Inferno reprend, et pousse encore plus loin, l'esthétique baroque et hyper coloré de son prédécesseur. Sur ce point, Dario Argento réussit un film magnifique à l'image, certes très pop et 80', mais dont les bleus roses et rouges criards participent à l'ambiance ésotérique du film et le transforme en une expérience visuelle passionnante et ébouriffante.

En revanche, là où Suspiria kidnappait littéralement son spectateur pour l'immerger dans un monde maléfique en pleine expansion, Inferno échoue à reproduire l'expérience et rate complètement son développement narratif et la construction de ses personnages. Il accumule une succession de scènes esthétiques et maniéristes, davantage à la recherche de meurtres sanglants stylés giallo que propices à installer un climat maléfique et fantastique. Inferno s'incarne alors en un patchwork mal assemblé, dont l'ésotérisme déserte le scénario pour s'installer du coté du spectateur et parasiter sa compréhension.

Face à cette distance entre fond et forme, Inferno perd de son potentiel vénéneux, son manque de continuité scénaristique le vide de son âme et le transforme en un sous Suspiria, en en pillant tout les ingrédients (mystère, gore, esthétique, musique...) pour les ré-exposer de nouveau, mais à force de surenchère, cette fois-ci de manière gratuites et dégénérée, presque à la limite du mauvais goût.

Rendons cependant hommage à Argento sur un point : le bâtiment dans lequel se situe l'action, véritable personnage central du film, est superbement filmé est exploité. Sous sa caméra il acquiert une vie propre, complexe, il renferme cette âme maléfique cruellement absente du reste de l'oeuvre.

La véritable Alchimie d'Inferno n'est pas dans son thème, comme le décrit Argento, elle réside finalement dans sa capacité à transformer l'or de son matériau initial en plomb cinématographique.
On ne retiendra donc d'Inferno qu'un film médiocre, au climat inégal, mais à la folle esthétique d'un chef d'oeuvre barré.