Accueil

Affichage des articles dont le libellé est Indonésie. Afficher tous les articles

Macabre (Kimo Stamboel, Timo Tjahjanto aka The Mo Brothers Kimo 2009)


tags | , , , , , ,

0 comments

Un véhicule avec six personnes prend à son bord une jeune femme en détresse : Maya. Elle les invite à son domicile, où vivent sa mère et son frère. Après un repas où ils sont drogués, il devront lutter pour rester en vie face à cette terrifiante famille.

La boucherie qui nous est proposée nous vient d'Indonésie... Macabre ressemble en bien des points à Massacre à La Tronçonneuse et se propose d’abîmer un petit groupe qui tombe dans les griffes d'une famille psychopathe... Rien de particulièrement novateur ne se cache dans Macabre, mais la relecture de nos poncifs horrifiques par des yeux indonésiens en fait un objet curieux, doublé de surcroît d'un côté bien extrême, comme on les aime ici...

Lire la suite...

The Raid (Gareth Evans, 2011)


tags | , , , , ,

0 comments

Nous sommes à Jakarta, en Indonésie. Une équipe de policiers d'élite doit investir un immeuble entièrement contrôlé par un baron du crime afin de le capturer. Mais très rapidement, la situation s'inverse et le groupe d'intervention passe de chasseur à proie.

Gareth Evans est écossais, mais The Raid est bel et bien un film d'action indonésien qui jette au spectateur 1h40 d'action pure, de défouloir tendu, rythmé et bien bourrin à cheval entre Ong Back et Nid de Guêpes.

La première partie de The Raid évoque La Horde ou Nid de Guêpe en inversant les rôles et en mettant rapidement les "gentils" en position de cible ! Très bien gérée, cette partie est efficace, et son moment de basculement ressemble à s'y méprendre à une invasion de morts-vivants, tant cela saigne et  semble sans issue. La suite de The Raid laisse tomber les armes à feu pour les arts martiaux (le Silat) et propose alors des chorégraphie particulièrement soignées et brutales qui rappellent le meilleur de Ong Bak.

On l'aura compris, le scénario de The Raid tient sur un timbre poste, en revanche son rythme, sa mise en scène soignée et créative (on pense à l'action made in l'écurie Besson, mais en plus réussi) et son déchainement de violence assumé transforment le film en un excellent moment fun et jouissif (sans doute hérité de son coté jeux vidéos...). On regrettera seulement que ses 3 décors de tournage un peu cheap (escalier, couloirs, chambre) et sa succession de bastons (néanmoins stylées !) donnent un coté un peu répétitif a la fin de cette mission, mais bon, rien de grave...

Efficace, hyper violent et assumé, The Raid, est donc dans son genre (action, action, action...) une réussite certaine. Loin des productions d'action locales, le film de Gareth Evans se concentre sur son objectif premier : donner au spectateur ce qu'il demande. Et sur ce point, on est gâté, le film va à 100 à l'heure, la réalisation est habile (certains plans sont même particulièrement intéressants), et puis tous ces indonésiens qui parlent... indonésien (!), ça donne une impression de nouveauté ! Vous ne serez certainement pas plus cultivé après, qu'avant sa vision, mais musclé, ultra efficace et top fun, The Raid est un joli petit morceau de cinéma de genre dont il serait bien dommage de se priver !