Accueil

Affichage des articles dont le libellé est Los Angeles. Afficher tous les articles

L.A. Takedown (Michael Mann, 1989)


tags | , , , ,

0 comments

A Los Angeles, le détective Vincent Hanna traque le gang de Patrick McLaren, un braqueur expérimenté. Chacun fait ce qu'il sait faire, chacun sait ce que l'autre doit faire : le braqueur et le policier commencent une partie de chat et de la souris, au détriment de leur vie respective...

Heat... Six ans avant de mettre en image la mythique confrontation Pacino / DeNiro, Michael Mann en réalisait, sur la base du même scénario, une première version pour la télévision : L.A. Takedown. Presque 2 fois plus court que son ainé, on y retrouve cependant tout les ingrédients qui feront de Heat une perle parfaite, un film énorme... L.A. Takedown est bien loin de Heat (pour ne pas dire incomparable), mais même si son intérêt et sa qualité sont faibles, l'exercice est passionnant à regarder... Prototype approximatif dans lequel il est difficile d'entrevoir la noblesse de sa matière, L.A. Takedown en dit pourtant long sur ce qu'à un réalisateur a en tête, sur la gestation d'une oeuvre... Le magnifique Le Solitaire (The Thief) en 1981... le chef d'oeuvre Heat en 95... et au milieu L.A. Takedown, avec encore cette farouche volonté de décrire et comprendre de quoi sont fait les personnages moteurs de l'action, plutôt que de simplement la montrer. Cliquez...

Lire la suite...

End Of Watch (David Ayer, 2012)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Brian Taylor et Mike Zavala sont policiers dans les quartiers chauds de la Cité des Anges. Équipiers  amis, leur quotidien est fait de complicité dans l'habitacle de leur véhicule et d'une complémentarité sans faille lors de leurs interventions souvent périlleuses. Bons flics, ils le sont certainement, et forcément, dans ces quartiers tenus par les gangs,ce qui attire l'attention, ce n'est pas leur courage, mais leur zèle gênant....

Voici la bonne surprise de la semaine. Alors que nous n’espérions qu'un action movie bien fagoté, c'est la présence de l'excellent Jake Gyllenhaal que notre attention s'est portée sur End Of Watch, et en a été récompensée. Plongée documentaire et tendue dans le quotidien des flics de LA, End of Watch, malgré une mise en image un poil énervante, s'impose doucement pour dépasser le simple divertissement et nous proposer une virée aussi attachante que nerveuse.

Lire la suite...

Rampart (Oren Moverman, 2011)


tags | , , , , ,

0 comments

En 1999, la bavure d'un flic aux méthodes douteuses met en lumière la corruption de la Police de Los Angeles. Les images de Dave Brown passant à tabac un automobilisme tournent en boucle à la télé, il subit alors les pressions politiques de sa hiérarchie et doit affronter les effets de ce scandale dans sa structure familiale.

Inspiré du fait divers qui éclaboussa la police de Los Angeles, Oren Moverman exploite un scénario travaillé par James Elroy pour mettre en image le chemin de croix d'un flic corrompu.

Rampart, c'est un peu The Shield traité à la Bad lieutnant. Entièrement centré sur le personnage de Woody Harrelson (complètement bluffant dans son interprétation de flic en sursis !), le film dresse " un portrait attachant d'un beau salopard" en pleine "shit storm". Si le personnage est effectivement un ripoux, le spectateur est avant tout confronté à l'impression de son potentiel de violence et de nuisance plutôt qu'à la mise en image de ses actes. Le portrait ainsi dressé s'en trouve plus fin, plus subtil, mais ça ne sera pas suffisant !

Réalisé de la plus belle des manières qu'il soit, avec une esthétique particulièrement réussie (même si certains effets de caméra et certaines scènes interrogent, et que certains plans semblent là juste "pour faire joli"), Rampart ne réussit pas à s'emparer du spectateur. Son traitement en multitudes de petites scènettes, n'arrive pas à trouver son rythme et l'intensité dramatique du scénario peine à s'installer.

Rampart devient alors bien long, et son choix de ne pas tout raconter, de garder certaines zones d'ombres sur ses personnages, se paie bien vite en terme d'intérêt et de force. Sa narration erratique et confuse déstabilise, et la sensation de ratage se confirme avec une utilisation tout aussi confuse des personnages secondaires (pourtant un fort beau casting, Robin Wright en tête).

Woody Harrelson est grandiose, le sujet passionnant, la réalisation soignée et esthétique, et pourtant Rampart échoue à nous intéresser. Peut être victime d'avoir voulu trop bien faire, Rampart tombe dans l'obscur et ne livre au final qu'une succession de pièces hétéroclites, de qualité variable (du très bon au franchement moyen), une sorte de belle mécanique, fine et complexe, mais hélas non fonctionnelle, livrée sans aucun mode d'emploi pour le faire fonctionner. Dommage.