Accueil

Affichage des articles dont le libellé est Paul Thomas Anderson. Afficher tous les articles

The Master (Paul Thomas Anderson, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Dans les années 50, Freddie est un homme troublé, alcoolique, fou pour certains, abimé ou fragile pour d'autres. Sa rencontre avec Lancaster Dodd, un auteur adulé pour ses théories sur l'homme et la vie exposées dans le livre "La Cause", va déboucher sur une relation forte, atypique et énigmatique. Lancaster Dodd, sorte de Gourou, endoctrine Freddie, et l'utilise pour construire ses recherches... Freddie aussi est en quête de vérités... Lequel des deux a besoin de l'autre ?

Doorama est toujours en état de transe avant de découvrir un film de P.T. Anderson. Magnolia, Boogie Night, There Will Be Blood ou Punch Drink Love : prétentieux ou génial, le cinéma de P.T. Anderson parvient toujours à en imposer  par l'originalité de ses sujets, sinon leur approche, et par son impressionnant langage cinématographique. The Master nous a pourtant laissé perplexe au sortir de la salle... Une chose semble pourtant acquise : ces films qui vous laissent perplexe à l'issue de leur découverte gagneront (ou pas !) votre coeur, mais en tout cas ils ont déja gagné votre cerveau... Les voies de The Master seraient elles finalement impénétrables ?

Lire la suite...

There Will Be Blood (Paul Thomas Anderson, 2007)


tags | , , , , , ,

0 comments

Le parcours de Daniel Plainview, de ses débuts dans la prospection pétrolière jusqu'à la gestion de son empire


L'incroyable sens de la narration de Paul-Thomas Anderson (Magnolia !) transforme There Will Be Blood en une fresque incroyablement riche et fascinante sur la Comédie Humaine.

A la manière d'un Alex (Orange Mécanique) dont les paupières sont maintenues ouvertes de force, PT Anderson entrave le spectateur. Il l'oblige à rester à distance de son film, l'empêchant volontairement de s'y immerger, le forçant à regarder chacune des noirceurs qui se déroulent en face de lui. (par ailleurs pas la seule similarité à l'univers de Kubrick, puisque Anderson livre une fin de film très kubrickienne dans le style et la forme...)

There Will Be Blood est visuellement splendide et contient en fait, sous son apparente austérité, une richesse de thèmes qui hélas sont cruellement d'actualité en ces temps de crise !

.