Accueil

Affichage des articles dont le libellé est Winding Refn. Afficher tous les articles

Only God Forgives (Nicolas Winding Refn, 2013)


tags | , , , , , , ,

0 comments

A Bangkok, le frère de Julian est assassiné par la police locale. L'arrivée de sa mère pour récupérer le corps, va le pousser à chercher vengeance.

Oui, c'est avec un scénar digne des plus mauvais films de Van Damme que l'auteur de Drive nous revient sur les écrans... Nicolas Winding Refn retrouve Ryan Gosling et nous offre un film comme il en a le secret : excessivement violent, d'une beauté visuelle hyper travaillée et explorant les codes d'un genre comme il l'avait fait avec Valhalla Rising (Le Guerrier Silencieux), comprenez donc comme aucun autre ! Beaucoup détesterons le nouveau Refn... nous non : bien au contraire même !

Lire la suite...

Pusher (Luis Prieto, 2013)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

A Londres, Frank fait du business en vendant de la drogue. Lorsqu'il demande à Milo, avec qui il est déjà en dette, de financer sa prochaine transaction, il ne sait pas qu'il ouvre en grand la porte qui le mènera vers sa chute... Son affaire tombe à l'eau, il perd sa mise, et Milo n'est pas homme à attendre son dû : Frank entre alors dans une spirale qui scèlera son sort...

Ah Pusher ! Ah, la trilogie danoise de Nicolas Winding Refn (Drive, Valhalla Rising...) sur 3 destins compromis dans le milieu de la criminalité de Copenhague... 3 parcours tragiques, en spirale, et croisés entre chacun des films... Ce Pusher-là est donc le remake du premier opus de cette trilogie, et est supervisé par Winding Refn lui même, puisqu'il en est le producteur exécutif. La rédaction était donc curieuse de se pencher sur cette version alternative, curieuse de voir si le projet se justifiait ou non, curieux de vérifier si ce Pusher-là avait réussi à récupérer l'incroyable noirceur de l'original, curieux de vérifier si un autre pouvait apporter sa pâte au petit chef-d'oeuvre danois... Veni, Vidi, pas Vici...

Lire la suite...

Drive (Nicolas Winding Refn, 2011)


tags | , , , ,

1 comment


Fascinant, envoutant et sensuel (si, si!), Drive est une mise en scène en état de grâce, un film incroyablement réussi et passionnant. Ryan Gosling donnerait presque envie d'abandonner son hétérosexualité tant il donne humanité à son personnage, pourtant sans presque rien en dévoiler (comme le faisait dejà le "Guerrier Silencieux", du même Nicolas Winding Refn, lui aussi sans passé, sorti de nulle part, tel le Pale Rider...).

Drive est un diamant aux multiples facettes, chacune d'elles hissant le film à coté de nos plus jouissifs souvenirs de Cinéma.

.