Accueil

Affichage des articles dont le libellé est arts martiaux. Afficher tous les articles

The Grandmaster (Wong Kar-Wai, 2013)


tags | , , , , , , , , ,

1 comment

En Chine, les arts martiaux sont plus qu'un simple art du combat, ils sont un composant de l'identité d'un homme et d'un pays. C'est dans ce contexte que Ip Man représente et transmet son art. The Grandmaster raconte son parcours, étrangement lié à celui de Gong Er, seule héritière de la technique des 64 mains...

Wong Kar waï a cette image de suavité et de sensualité qui colle à sa carrière (In The Mood For Love, 2046, Happy Together...et Les Cendres du temps : un drame d'action !), et voici qu'il débarque avec un film "d'action" sur un maître d'arts martiaux : le légendaire Ip Man (le maître e Bruce Lee...), qui avait déjà trouvé une agréable version ciné en 2008... The Grandmaster pourrait sembler comme décalé dans l'oeuvre de WKW, il ne l'est pourtant pas...

Lire la suite...

L'Homme aux Poings de Fer (The Man With The Iron Fists - RZA, 2012)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Dans un village contrôlé par plusieurs bandes, l'arrivée de l'or royal attise bien des convoitises. Avec The X Blade qui souhaite venger son père assassiné et Jack Knife, Blacksmith, le forgeron qui fournit les armes de chaque groupe, sera amené à prendre parti dans cette poudrière prête à exploser.

Le nom de Tarantino sur l'affiche (à la production) laissait à penser que The Man With The Iron Fists allait se rapprocher son univers référentiel, jouissif, cinéphile et décalé. Mais lorsque c'est RZA, une figure de monde Hp-Hop, à qui l'on doit par ailleurs la formidable BO du Ghost Dog de Jarmush, l'entreprise revêt une toute autre allure. The Man With The Iron Fists puise dans le cinéma de kung-Fu et semble vouloir mettre en image un résumé-hommage de ce cinéma de genre qui fascine une partie du monde Hip-hop par son aspect guerrier (le Wu Tang Clan, ça vous parle... ?). Le poing, on se le prend effectivement en pleine gueule !

Lire la suite...

Les 4 Justiciers (One Down, Two To Go - Fred Williamson, 1982)


tags | , , , , , ,

0 comments

Parce que le combat sur lequel ils avaient parié était truqué, Chuck et Ralph ne comptent pas se laisser faire et sont bien décidés à récupérer leur dû. Ils font appel à deux amis, J et Cal, ils ne seront pas trop de 4 pour s'attaquer à Mario, membre éminent de la Mafia.

Ca ressemble à un film de Blacksploitation, ça utilise des stars de la Blacksploitation, ça exploite la Blacksploitation, mais Les 4 Justiciers n'est pas tout à fait de la Blacksploitation... Il a simplement raté la période, en plus de rater deux ou trois autres petites choses... Blancs, Blacks, Beurs : découvrons ensemble nos 4 justiciers !

Lire la suite...

Sasori (Joe Ma, 2008)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Obligée d'assassiner une personne, Nami est envoyée en prison. Elle devra apprendre à survivre dans cet univers violent, et attendra sa sortie de prison pour se venger de ceux qui l'y ont conduit.

Le japon des 70's accouchait de séries B transgressives, populaires, dont certaines sont devenues cultes : Sasori, La Femme Scorpion  était de ces séries et en dépit d'une qualité pas toujours au rendez-vous, la série est restée un repère cinématographique dotée d'atouts certains et largement jouissif. Sasori version 2008 est donc un remake de l'original de Shunia Ito, cette fois réalisé par Joe Ma. L'histoire est similaire, mais cette fois-ci le thème de la vengeance change de camp : après sa vision, c'est le spectateur qui crie "vengeance" !

Lire la suite...

Le Sabre Infernal (The Blade, Chu Yuan, 1976)


tags | , , , , ,

0 comments

Alors qu'il vient pour le tuer, Fu-Hung-Hsue s'allie à Yen Nan-Fei pour empêcher Maître Yu de dominer le monde des arts martiaux, par les forces du mal, grâce à une arme redoutable : les Plumes de Paon. Ils devront affronter ses 5 champions, Poème, Epée, Luth, Echecs et Peinture avant de le combattre.

Feux de Bengale et galipettes pour ce trépidant Wuxiapian (comprenez film de sabre chinois) made in Hong-Kong par la Shaw Brothers. Quoi que l'on pense de ce cinéma de genre, de sa qualité cinématographique et de sa capacité à plaire aux adultes, Le Sabre Infernal (The Magic Blade, à ne pas confondre avec The Blade de Tsui Hark de 1995), n'en reste pas moins une réussite dans sa catégorie.

Son scénario basique (remettons notre duel à plus tard, nous devons avant empêcher un méchant de régner sur le monde arts martiaux...) est ainsi prétexte à un enchaînement ininterrompu de scènes d'actions ou les deux héros rivalisent d'intelligence, de maîtrise de nobles valeurs... Éternellement dans ce cinéma, le bien combat le mal, ou bien les gentils se battent pour faire triompher la justice, Le Sabre Infernal se distingue cependant de la masse par sa grande inventivité et, c'est suffisamment rare pour le souligner, sa très belle tenue visuelle. C'est donc très agréablement que la rédaction de Doorama s'est abandonnée à cette aventure proche d'un film pour enfants, mais aussi efficace que séduisante.

A Doorama, on pense souvent (à tort !) que ce cinéma chinois d'arts martiaux est un peu puéril et stérile, mais à mieux y regarder, La Shaw Brothers ne fait qu'explorer (jusqu'à épuisement) un genre riche de thèmes et de variations, exactement comme le faisait la Hammer avec le film d'Horreur. Une fois ce petit exercice de mise au point effectué, et les repères posés, les films de la Shaw Brothers révèlent alors leurs trésors : originalité, inventivité, jeux sur les codes et recherche permanente de sang nouveau dans le seul objectif du divertissement total. A ce titre, et faute d'être bluffé par son scénario, Le Sabre Infernal impose ses morceaux de bravoures, au premier comme au second degré, comme sa géniale scène d'échec, où ses personnages remplace les pions, ou bien son héros qui, tellement fort qu'il est, avait anticipé de déplacer ses 7 points vitaux pour contrer son adversaire !

Grand défouloir coloré, fantaisiste et virevoltant, Le Sabre Infernal utilise à merveille les codes du genre et parvient à hisser ses composants enfantins (à première vue, en tous cas) en véritables jeux pour adultes, à condition, une fois de plus, d'accepter les règles de ce type de cinéma. Nous continuons de considérer (à tort !) le Chambara comme cinématographiquement plus riche et mature que le Wuxiapian (particulièrement dans les 50's et 60's), mais ce cinéma là a pourtant tout ce qu'il faut pour satisfaire le cinéphile : un langage, des codes et du rêve ! Kitch et jouissif !

Procurez-vous Le Sabre Infernal ou d'autres films de Chu Yuan ou avec Acteur

La Légende des 7 Vampires d'Or (Roy Ward Baker, 1974)


tags | , , , , , , ,

0 comments

En Chine, au cours de ses conférences sur le vampirisme, Le Professeur Van Helsing est abordé par un homme qui vient lui demander de libérer son village qui vit sous la terreur de 7 vampires. Une expédition se met en place, sous la protection de 7 frères experts en arts martiaux, pour libérer le village du terrible  Kah, derrière lequel se cache en fait le comte Dracula.

Quand la Hammer, studio anglais spécialisé dans le fantastique, rencontre la Shaw Brothers, studio chinpois spécialisé dans les arts martiaux, cela donne une rocambolesque histoire de Dracula qui exerce son règne maléfique sur un petit village isolé grâce à 7 vampires et leur armée de spectres, que Van Helsing viendra combattre, assisté de 7 experts en arts martiaux, d'une riche aventurière et de son fils ! Que du bonheur, donc...

Christopher Lee avait refusé d'incarner de nouveau le mythique comte (après le psychédélique et savoureux Dracula Vit Toujours à Londres qui fut un échec), il est donc ici substitué par un ersatz, ce qui a finalement fort peu d'importance puisqu'il n'intervient que dans deux scènes, en ouverture et en fermeture du film, pour garantir la cohérence de la fusion entre le film d'arts martiaux avec celui du fantastique... Tentative un peu désespérée de retrouver un public en pleine désertion, La Hammer se devait de se renouveler. Toute qualité cinématographique est bien entendu absente des 7 Vampires d'Or, mais là n'est pas l'enjeux de ce film de genre(s) qui se contente de livrer une suite de péripéties, entre aventure, horreur et kung-fu, apte à séduire le spectateur.

Exotique, basique et délicieusement bâtard, on découvre Les 7 Vampires d'Or comme un enfant un film de cow-boys : sans aucune autre exigence que celle de voir dles scènes qui confrontent les gentils cow-boys aux méchants indiens. Faute de peur ou de suspense on s'accroche avec bonheur à un Dracula aux allures de vieux sage chinois (si, si ! ils l'ont fait !), on découvre avec joie les 7 vampires cachés derrière un masque en or qui masque lui même un vague maquillage d'étudiant (fait de boue et de kleenex humectés ?), et on adore son armée de morts-vivants qui sautillent (dansent ?) sur une musique frénétique... Faute de scènes de bataille crédible et convaincante, on se délectera du cabotinage de Peter Cushing et de la merveilleuse plastique de l'organisatrice de l'expédition, Julie Ege, ancienne miss norvège...

Mauvais film fantastique et mauvais film d'arts martiaux, La Légende des 7 Vampires d'Or se révèle pourtant un délicieux cocktail pour tout amoureux du ciné de genre, de la Hammer ou de la Shaw Brothers. Une véritable curiosité qui parvient à dégager dans un même temps le charme surané de la Hammer et la parfum un peu kitch de la Shaw Brothers. Pour la rédaction de Doorama, La Légende des 7 Vampires d'Or était un souvenir d'enfance, le revoir aujourd'hui a été l'occasion de confirmer qu'il est un film certes médiocre, mais unique en son genre et parfaitement jouissif à découvrir. Pour amateurs seulement, mais indispensable !

Procurez-vous La Légende des 7 Vampires d'Or ou d'autres films de Roy Ward Baker ou avec Peter Cushing

Dragon From Russia (Clarence Ford, 1990)


tags | , , , , ,

0 comments

Yao Long vit en russie avec May, mais il est kidnappé par une organisation criminelle secrète pour devenir un tueur à gage. Devenu amnésique, il devient un redoutable tueur : Le Freeman. Mais lors d'une de ses missions meurtrière, un témoin le voit en action. C'est May ! Il doit alors l'éliminer, mais certains souvenirs l'en empêcheront.

Oui, c'est bien une adaptation du manga Crying Freeman de Kazuo Koike (par ailleur créateur des mangas à la base des Lady Snowblood et des Baby Cart), en provenance directe de Hong Kong et réalisée 6 an avant le Crying Freeman de Christophe Gans. Voilà, tout est dit, on ferme, fin de la chronique !


Punition donc, que de visionner ce Dragon From Russie, même en gardant à l'esprit que le langage et la grammaire du cinéma de Hong Kong peuvent différer de nos codes narratifs et stylistiques. Dragon From Russie nous assène un montage à la hache, pénible succession de scènes expéditives à la fin abrupte, constituées d'une multitude de plans hyper monté. Le spectateur est littéralement noyé sous une avalanche de plans plutôt indigestes, les situations s'enchaînent dans une homogénéité ennuyeuse, et son rythme dénué de toute respiration rend cette histoire pourtant simple très difficilement compréhensible.


Dragon From Russia est une bouillie cinématographique dense, compacte et hautement indigeste. Ses scènes de combats sont confuses, leur intensité difficilement palpable, on s'étonne qu'elles soient déjà commencées et leur chute n'est annoncée que par le calme du plan qui leur succède : "Ah, c'est déjà fini là ? Ah bon !". On y retrouve bien les acrobaties aériennes propres au genre des films d'arts martiaux made in HK, mais si les personnages y volent et virevoltent gaiement, leur réalisation calamiteuse, elle, ne décolle pas.


Clarence Ford, le réalisateur, transforme cette adaptation du Crying Freeman en épreuve de force, rendant presque impossible au spectateur de suivre avec un minimum de plaisir ses combats et son histoire. A la rédaction, nous n'aimons pas beaucoup "massacrer" autant un film, mais malgré nos efforts nous ne trouvons rien pour sauver ce Dragon From Russia sauf peut être le Méchant masqué (non, pas le Freeman, l'autre dont on a un mal de chien à savoir qui il est et pourquoi il agit comme il le fait !) dont la pure voix de "méchant chinois", sardonique et haute perchée, ne trouve comme équivalent qu'une des meilleures performance vocale d'un Monty Python's Flying Circus


C'est bien simple, après la vision de Dragon From Russia nous avons voulu réviser les notes de certaines de nos chroniques pour passer Lock Out à 7, et décerner notre oscar au sympathique Dragon EyePerte de temps totale sauf pour les amateurs de nanars en quête de méchants chinois qui font rire (et on s'est effectivement bien amusés) ou alors en guise de révision pour se redonner envie de redécouvrir le Crying Freeman de Monsieur Christophe Gans.

Procurez-vous Dragon From Russia 

The Raid (Gareth Evans, 2011)


tags | , , , , ,

0 comments

Nous sommes à Jakarta, en Indonésie. Une équipe de policiers d'élite doit investir un immeuble entièrement contrôlé par un baron du crime afin de le capturer. Mais très rapidement, la situation s'inverse et le groupe d'intervention passe de chasseur à proie.

Gareth Evans est écossais, mais The Raid est bel et bien un film d'action indonésien qui jette au spectateur 1h40 d'action pure, de défouloir tendu, rythmé et bien bourrin à cheval entre Ong Back et Nid de Guêpes.

La première partie de The Raid évoque La Horde ou Nid de Guêpe en inversant les rôles et en mettant rapidement les "gentils" en position de cible ! Très bien gérée, cette partie est efficace, et son moment de basculement ressemble à s'y méprendre à une invasion de morts-vivants, tant cela saigne et  semble sans issue. La suite de The Raid laisse tomber les armes à feu pour les arts martiaux (le Silat) et propose alors des chorégraphie particulièrement soignées et brutales qui rappellent le meilleur de Ong Bak.

On l'aura compris, le scénario de The Raid tient sur un timbre poste, en revanche son rythme, sa mise en scène soignée et créative (on pense à l'action made in l'écurie Besson, mais en plus réussi) et son déchainement de violence assumé transforment le film en un excellent moment fun et jouissif (sans doute hérité de son coté jeux vidéos...). On regrettera seulement que ses 3 décors de tournage un peu cheap (escalier, couloirs, chambre) et sa succession de bastons (néanmoins stylées !) donnent un coté un peu répétitif a la fin de cette mission, mais bon, rien de grave...

Efficace, hyper violent et assumé, The Raid, est donc dans son genre (action, action, action...) une réussite certaine. Loin des productions d'action locales, le film de Gareth Evans se concentre sur son objectif premier : donner au spectateur ce qu'il demande. Et sur ce point, on est gâté, le film va à 100 à l'heure, la réalisation est habile (certains plans sont même particulièrement intéressants), et puis tous ces indonésiens qui parlent... indonésien (!), ça donne une impression de nouveauté ! Vous ne serez certainement pas plus cultivé après, qu'avant sa vision, mais musclé, ultra efficace et top fun, The Raid est un joli petit morceau de cinéma de genre dont il serait bien dommage de se priver !