Accueil

Affichage des articles dont le libellé est chine. Afficher tous les articles

Le Bon, La Brute et le Cinglé (Kim Jee-Woon, 2008)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

En Manchourie, une carte au trésor dérobée aux Japonaix attire toutes les convoitises. Brigands, voleurs, tueur à gages, chasseur de prime et armée japonaise veulent tous mettre la main sur ce Cinglé qui à cette carte !

Attention, Le Bon, La Brute et le Cinglé décoiffe ! Après le superbe Bittersweet Life (2006) et avant l'hallucinant J'ai Rencontré le Diable (2011), Kim Jee-Woon réalisait ce western asiatique barré et défoulant.

Hommage évident à Le Bon, la Brute et le Truand, cette variation s'amuse des codes instaurés par Sergio Leone et les utilise vers une course au trésor effrénée (à la façon d'Un Monde Fou, Fou, Fou). Rempli d'humour et d'action, le film de Kin Jee-Woon joue à fond la carte du divertissement et du décalage avec son modèle (façon Tatantinienne) pour transformer son film en pur moment de fun.

Véritable démonstration de la virtuosité de son réalisateur (quel sens de l'image, du montage !), Le Bon, La Brute et le Cinglé est aussi un réel plaisir pour les yeux. Il regorge de couleurs vives et chatoyantes (n'ayant à priori pas leur place dans ce désert Manchou !) qui lui donnent une beauté visuelle réjouissante et lui confèrent une étonnante touche de fantaisie particulièrement bien géré.

Mais comme fatigué de son rythme fou, le film s'essouffle sur la fin en sur-utilisant la carte de la "joyeuse pagaille". Certaines scènes deviennent confuses, la mise en scène semble moins soignée, et le contraste avec la grande qualité de ce qui précédait se fait alors grandement ressentir. 

Mais ne boudons pas notre plaisir, s'il s'use un peu sur la longueur, Le Bon, La Brute et le Cinglé reste une fantaisie brillante, atypique et originale. Il regorge de bon moment et, même imparfait, demeure un objet cinématographique ciselé, qui au delà du  divertissement réussi, confirme et impose avant tout l'immense talent de son réalisateur : Kim Jee-Woon !


The Murderer (Hong Kong, de Chow Hin Yeung, 2009)


tags | , , ,

0 comments

Suite à l'attaque d'un tueur en série, un policier s'en sort mais reste amnésique. Bien décidé à retrouver ses souvenirs et le tueur en question, il mènera son enquête avec acharnement. Malheureusement tous les indices qu'ils trouve le désigne comme étant lui le tueur !


Houba ! Houba ! Ne confondez surtout pas The Murderer (Hong Kong, 2009) avec The Murderer (Corée, par le réalisateur de The Chaser, qui arrivera courant 2011). Sinon, vous ferez comme moi et devrez alors faire face à une double punition. NON ce n'est pas au niveau de la cheville du sus nommé The Chaser, et NON ce n'est pas un bon film ! Oh que non !

C'est long, convenu, poussif et ridicule. Ridicule surtout ! (voir le spoil ci-dessous)
Simplement à éviter.

SPOIL : le meurtrier n'est autre que le fils de 6 ans du policier, qui souffre d'une rare maladie qui fait qu'il ne vieillit pas, et qui s'est fait adopter par ce flic pour se venger d'une vieille humiliation d'il y a 20 ans et qui... et qui... et on s'en fout ! Il a juste une tête à claquer !


.