Accueil

Affichage des articles dont le libellé est fantomes. Afficher tous les articles

Grave Encounters 2 (John Poliquin, 2013)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Un étudiant en cinéma pense que le film Grave Encounters n'est pas un faux documentaire et que les images qu'il contient sont réelles. Il décide avec quelques amis d'aller tourner sun documentaire sur le lieu où le premier avait été tourné... Et forcément... :-)

"Encore un found-footage...", c'est bien sûr par là que nous avons commencé à reculons la découverte de Grave Encounters 2, mais néanmoins habités de cet espoir (vain ?) de retrouver la force d'un Blair Witch Project. La rédaction en a bouffé du found footage... et force est de reconnaître que peu son convaincant, démontrant chaque fois les limites d'un genre exigeant et exiguë  Alors que le premier Grave Encounters avait su nous séduire et nous avait fait sursauter, cette suite maladroite retente l'expérience en reprenant l'un des ressorts habituels du genre : "et si c'était vrai", ici du premier film. Bonnes idées flirtent avec trahisons dans cette seconde visite du bâtiment infernal...

Lire la suite...

Mama (Andres Muschietti, 2013)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

Quand Lucas retrouve enfin les deux filles de son frère disparu, c'est presque rendues à l'état sauvage qu'elles lui sont retournées. Elles ont vécu dans une cabane au fond des bois, élevées par un démon qu'elles appellent "Mama". De retour à la civilisation, maintenant au sein d'une "vraie" famille, avec Lucas et sa compagne Annabel, ce n'est pourtant pas la fin de cet épisode malheureux, puisque Mama continue de garder un oeil sur elles... Et une mère comme Mama ne laisse pas s'éloigner ses enfants, juste "comme ça"...

On est loin de la Mama d'Aznavour... La Mama de Muschietti est un spectre vaporeux et décharné, une entité sauvage et protectrice avec ses fillettes qui comme toutes les mères se soucient de sa progéniture. Mama se paye une star en pleine ascension, en la présence de Jessica Chastain ( vue récemment dans Zero Dark Thirty ou Des Hommes Sans Loi) pour vendre ses deux Cosettes et prôner les valeurs de la famille américaine, mais cela ne suffit pas à pour faire intervenir un peu de qualité et d’originalité dans son sujet. Fantastique calibré, usé et prévisible, Mama est un film de drive-in déguisé en superproduction censée faire peur...

Lire la suite...

Histoire de Fantôme Japonais (Tokaido Yotsuya Kaidan, Nobuo Nakagawa, 1959)


tags | , , , , , , ,

0 comments

Iémon épouse la fille d'un samouraï et promet de venger son père assassiné, alors qu'il en est en fait le meurtrier. Rapidement, il se lasse d'elle, lui préférant dame Emu, et transforme sa vie en enfer, jusqu'à l'assassiner elle aussi. Le jeune femme, trompée de bout en bout, reviendra le hanter pour trouver vengeance.

Bon... En fait "oui", mais "non"... Plus connu sous le nom de Tokaido Yotsuya Kaidan (non, on déconne...), Histoire de Fantôme Japonais reprend un conte horrifique traditionnel où une femme trahie revient se venger de son assassin. Souvent abordé dans le cinéma japonais ce conte-là se rapproche beaucoup de l'univers de Kwaidan (1965), mais son traitement est bien différent.

Lire la suite...

Saint-Ange (Pascal Laugier, 2003)


tags | , , , , , , ,

0 comments

A la fin des années 50, Anna débute son emploi qui consiste à nettoyer, avec deux autres employées, l'orphelinat Saint-Ange qui vient de fermer. Mais l'orphelinat n'est peut être pas si vide que ça, et Anna, ne vas pas tarder à chercher la vérité, malgré sa grossesse...

Premier film de Pascal Laugier, à qui l'on doit l'inégal mais dérangeant Martyrs et le récent The Secret, Saint-Ange s'inscrit dans cette aspiration du cinéma français à renouer avec le film de genre.


Lire la suite...

Outpost 2 Black Sun (Steve Barker, 2012)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

En Europe, le nazisme semble de nouveau se propager rapidement... Lena, qui pourchasse les criminels nazis encore vivants, et Wallace, à la recherche d'une machine secrète qu'ils auraient créée, vont tenter d'enrayer cette nouvelle invasion. Mais ces nouveaux nazis sont en fait une armée de morts-vivants fantomatiques, mus par une puissante machine, le Black Sun, que bien des pays souhaitent acquérir !

C'est Steve Barker qui reprend les commandes, pour réaliser la suite, elle aussi "direct to DVD", de son sympathique Outpost (2008). Dans le premier opus, des mercenaires devaient mettre la main sur une machine secrète enfermée dans un ancien bunker nazi ; ils découvraient alors que les fantômes des nazis protégeaient ce bunker. Ce pitch basique nous avait alors permis de découvrir de magnifiques fantômes nazis (très réussis et bien flippant) dans un petit film 100% divertissement de genre, plutôt nerveux et franchement bien balancé. Avec Outpost 2 Black Sun, nous balançons bien moins...

Comme souvent avec les morts-vivants, moins on a d'explications, le mieux nous nous portons ! Nous vous renvoyons à la vision l'apocalypse "de fait" de La Nuit des Morts-Vivants pour constater qu'il n'y a pas besoin de "savoir" pour avoir peur. Le premier Outpost nous confrontait lui aussi à peu d'explications, sinon légères, sur ses créatures et mine de rien intensifiait  la peur qu'elle pouvaient susciter au bénéfice direct de l'action. Outpost 2 Black Sun échoue sur ce point lamentablement en modifiant la nature des nazis, qui sont maintenant plus proches des morts-vivants que des fantômes, et en leur prêtant des ambitions de 4ème Reich en envahissant de nouveau le monde (c'est comme Iron Sky, mais en remplaçant le second degré par un sérieux plombant !).

Outpost 2 sabote tous les atouts de son prédécesseur en tentant de donner vainement de l' "épaisseur" à ses personnages, et en abandonnant la trame "défouloir-prétexte" au profit d'un scénario plus "ambitieux". Le résultat est exactement l'inverse de l'effet recherché : l'action est moyennement efficace, molle et peu jouissive, et ses personnages aussi transparents que le nombre de nazis nécessaire à garder le bunker ne le sera pas à envahir le monde ! (faudrait pas confondre un peloton avec une armée...). Outpost 2 revêt alors un caractère laborieux et bien peu convaincant, en tout cas aux yeux du premier film.

Outpost 2 Black Sun, en remplaçant le minimalisme salvateur qui faisait la réussite du premier par un scénario plus étoffé, sombre dans les affres de la franchise fantastique commerciale. Il ressemble au final bien plus à un médiocre et énième épisode d'un Résident Evil (même si nous aimions bien l'énergie du premier de la série) qu'à ces perles britanniques "artisanales", originales et nerveuses (comme le modeste, mais rigolo et jouissif, Dog Soldier). L'amateur de série B fantastique supportera sans trop de réactions négatives l'expérience, trop content sans doute de retrouver dans le rôle des méchants nos nazis bien aimés, mais les autres ne seront confrontés qu'à un film mécanique, plat et peu inspiré. Ca va paraître bizarre pour un film de fantômes (enfin, plutôt de morts-vivants dans celui-ci), mais ce Outpost 2 Black Sun manque furieusement d'âme ! C'est pas honteux non plus, visible sans perte de neurones excessive, mais on attendait largement mieux !

Procurez-vous Outpost 2 : Black Sun ou d'autres films de Steve Barker

Apartment 143 (Emergo, Carles Torrens, 2012)


tags | , , , , , ,

0 comments

Confronté à des phénomènes paranormaux, un père de famille fait intervenir une équipe de parapsychologues dans son appartement pour tenter d'enrayer les forces qui l'habite.

Les faux documentaires de type "found-footage" (Le Projet Blair Witch, Paranormal Activities) pullulent depuis quelques années et, il faut bien l'avouer, se ressemblent tous, souvent victimes des limites du genre. Apartment 143 n'échappe pas à la règle du genre, mais surnage quand même au dessus d'oeuvres comme Devil Inside ou Apollo 13...

Prenant place au coeur d'une famille affligée par le décès de la mère, son scénario parvient à maintenir l’intérêt du spectateur grâce à un double mystère : les phénomènes, mais aussi leur cause mystérieuse. Toute la panoplie des trucs inhérents au genre est bien évidemment utilisée sans surprise ici, mais Carles Torrens parvient néanmoins à installer une certaine tension. Quelque part entre Paranormal Activities et Poltergeist, Apartment 143 n'étonnera pas le spectateur, mais il se suit jusqu'à son terme sans ennui ni déception majeure.

Une fois de plus, les sommets de peur promis par l'aspect vérité des images vidéo ne débouchent que sur quelques scènes déjà vues et sans surprises, mais l'expérience prendra cependant un peu de consistance grâce à son "enquête familiale" sur la cause des phénomènes. Curieusement, c'est en sortant du fantastique qu'Apartment 143 trouve un véritable intérêt ; c'est en lorgnant vers l'aspect psychologique de la famille, leur histoire, que le film échappe aux pièges du genre et tente tant bien que mal d' "innover".

Enième exercice du genre, Apartment 143, comme beaucoup de ses confrères récents, ne fonctionnera que sur les spectateurs les moins habitués à jouer à se faire peur avec du faux-vrai. Archi usé dans sa structure mème, Apartment 143 n'est pourtant ni raté ni mauvais, son ouverture en dehors du fantastique ouvre d'ailleurs quelques pistes intéressantes pour de futurs projets. A quand un found-footage dénué de fantastique et ancré dans la vraie vie ? En attendant un tel projet, Apartment 143 remplit honorablement ses 78 minutes mais ne laissera de traces que chez les inconditionnels du genre ou ceux qui le découvre.

Procurez-vous Apartment 143 ou d'autres films de Carles Torrens

Kaïro (Kiyoshi Kurosawa, 2001)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

A Tokyo, une vague de désespoir pousse des jeunes à lâcher prise dans leur vie et les mène au suicide. Il semble qu'un site internet relie ces disparitions ; l'entourage des disparus se penche sur cette piste pour comprendre l'origine du phénomène...

La première partie du film de Kiyoshi Kurosawa ne suffit pas à identifier à quelle type d'histoire le spectateur est confronté. Une Histoire de fantômes ? Un film sur un virus ? Une critique de la société nippone ? Kaïro se situe admirablement au milieu de ces thèmes, occultant les explications et les causes pour se concentrer sur la construction de son impressionnant climat de terreur diffus.

Poétique, trouble, mélancolique et désespéré, Kaïro nous montre une société japonaise effroyablement vide, dépeuplée de ses habitants, de sa frénésie et de sa vie. L'isolement précède la disparition de ses membres, il transforme les vivants en fantômes,   en êtres vides, seuls et retranchés. Le renfermement dépeint par Kaïro est un virus qui ronge la société, l'internet qui semble le véhiculer est un facteur d'éloignement et d'isolement qui dilue les êtres, liquéfie les âmes jusqu'à laisser derrière elles une simple tâche sombre, telle une flaque d'huile sous une voiture à l'arrêt.

Au travers d'une forme sublime, servie par des plans d'une grande beauté esthétiques, Kaïro dépeuple ses images, fait disparaître toute trace de vie pour la fondre dans ses parties obscures. La force de Kaïro ne se cache pas dans son scénario, dont le fin mot reste difficile à identifier précisément (épidémie, fantômes, virus, suicides, fin du monde, critique de la société nippone ?), mais dans sa peinture d'un monde déshumanisé et insoutenablement vide, puissamment illustrée par des plans inquiétants et une bande son oppressante. S'il commence comme Ring en décrivant les effets d'un phénomène qui se propage, Kaïro s'attache rapidement à trouver des moyens de lui résister, jusqu'à aborder et identifier le Mal qui sévit par ce qu'il ôte plutôt que par ce qu'il est : une peur par soustraction, une peur dont le paroxysme est le néant. Kaïro impose son étouffant climat et sa noirceur (son désespoir ?) par la lente désincarnation de ses personnages et la disparition progressive de toute vie.

Film fantastique atypique et fascinant (dans sa forme comme dans son déroulement), Kaïro véhicule aussi une critique de la société et de sa course effrénée vers une communication omniprésente qui passe par un éloignement physique des individus. Au travers de son fantastique Kaïro aborde bel et bien un travers de notre société, c'est peut être pour cela que sa peur fonctionne aussi bien. En revanche, si la mort lente de Kaïro fait admirablement son travail de sape sur le spectateur, sa dernière partie "apocalyptique" desserre un peu la tension installée pour s'ouvrir vers une interprétation plus large, moins proche, et de ce fait moins effrayante. Qu'importe ce changement de mode final, le film de Kiyoshi Kurosawa est une superbe réussite qui laisse chez le spectateur un malaise et une réflexion que peu de films fantastiques laissent.

Abandonnez-vous à son rythme, effacez vous derrière sa stimulante proposition et profitez de cette belle leçon de peur et de cinéma. Et si une tache sombre subsiste après son visionnage sur votre canapé, alors inquiétez-vous et sortez vite retrouver des "vrais gens" que vous pouvez toucher !

Procurez-vous Kaïro ou d'autres films de Kiyoshi Kurosawa 

Réincarnation (Takashi Shimizu, 2005)


tags | , , , , ,

0 comments


Un réalisateur s'apprête à porter à l'écran un massacre qui a eu lieu il y a 35 ans dans un hôtel, et qui avait fait 11 victimes. Il choisit Nagisa Sugiura pour incarner la dernière victime du massacre, mais celle-ci se met à avoir des visions très précises du massacre. La visite de l'équipe sur les lieux du crime ravivera d'autres souvenirs...

Takashi Shimizu nous avait déjà apporté The Grudge et The Grudge 2, surfant sur la vague des films de fantômes qu'avait amorcé le terrifiant Ring de Hideo Nakata. Il aborde ici le tournage d'un fait divers dont certains protagonistes se découvrent les réincarnations des véritables victimes du drame, et mélange pour l'occasion fantômes et revenants.

Malgré quelques visions glaçantes et un scénario particulièrement bien écrit, Réincarnation peine pourtant à installer chez le spectateur une véritable peur. La confrontation de son héroïne avec les évènements passés et la découverte progressive de son rôle véritable dans le film comme lors du massacre se fait bien mollement, et l'alternance des visions et de la réalité prend un rythme mécanique qui plutôt que de faire grimper au rideau, installe le spectateur au fond de son fauteuil, bien tranquillement, comme rassuré par le rythme rassurant et prévisible des réminiscences du passé.

Il faudra attendre la dernière demi heure du film pour que l'énergie s'empare enfin de Réincarnation et que la vengeance décalée de ses esprits ne prenne enfin une vraie puissance mortelle et des allures plus convaincantes. Et effectivement, le final de Réincarnation tiendra ses promesses en proposant une succession d'images puissantes en belle harmonie avec son twist (twist par ailleurs plutôt réussi). Takashi Shimizu parvient alors à livrer de bons moments, mais perdra hélas de nouveau le rythme en peinant à conclure son film. On notera aussi la lointaine parenté avec Shinning, et cet hôtel qui respire encore la tuerie qu'il a accueilli se démarquera non sans talent de son modèle américain.

Réincarnation échoue dans ses intentions de faire peur par une construction laborieuse, presque trop méticuleuse, comme trop attentif à préparer le terrain de sa belle demie heure finale. Réincarnation donne l'impression d'être fabriqué par la fin, tout ce qui la précède semble alors artificiel, et sa bonne surprise finale n'en est alors plus une tant le spectateur s'est "imbibé" de ses éléments. Il pourra sembler sévère de reprocher à Réincarnation d'être finalement "trop bien construit", mais le ronronnement de sa mécanique et ses ficelles apparentes supprime toute surprise de sa première partie. Pourtant soigné, bien écrit et assez ambitieux dans sa dernière partie, Réincarnation, dans son ensemble manque d'âme ! Et pour un film de spectres (ou s'en rapprochant), ce n'est pas l'idéal...
Si les spectateurs les moins "consommateur"s de films de fantômes devraient quand à eux davantage profiter de Réincarnation, pour la rédaction de doorama, Réincarnation est en revanche soit un excès de zèle, soit un film qui confisque au spectateur sa liberté d'interprétation.

Procurez-vous Reincarnation ou d'autres films de Takashi Shimizu 

Kwaïdan (Masaki Kobayashi, 1964)


tags | , , , , , ,

0 comments

Quatre contes fantastiques japonais, quatre rencontres entre des hommes et des fantômes... : 1. Un Samouraï retrouve la femme qu'il a abandonné. 2. Après une tragédie, un Bucheron rencontre une femme mystérieuse. 3. Un moine aveugle chante pour des esprits sans le savoir. 4. Un Samouraï voit dans son breuvage le reflet de l'esprit qu'il combattra.

4 histoires de fantôme, très traditionnelles, se partagent ces 3 heures de poésie et de d'audaces visuelles. Kobayashi découvre avec Kwaïdan la couleur, et elle devient pour cet immense réalisateur une source inépuisable d'expérimentations (jusqu'aux ciels remplis d'yeux (très expressionnistes)  du sketch dans la neige).

Kwaïdan est une étape dans le film de fantômes japonais, mais il faudra bien se garder d'en attendre un rythme soutenu pour véhiculer la peur. Kwaïdan est lent, très contemplatif... Il déroule ses 4 histoires, loin de l'horreur ou des spectres d'un Ring, autour les liens entre les esprits et les vivants, plutôt que de raconter des "revanches de l'au delà". La poésie est le moteur de Kwaïdan, le Zen et la tradition ses bases culturelles... Kwaïdan prends son temps, dans un silence rituel inquiétant que seul les "flèches musicales" de Takemitsu viendront briser et illustrer.

A l'image de Hara-Kiri ou Rebellion, Kwaïdan s'impose par la pureté de son cinéma et la richesse de son langage, il est en plus expérience d'immersion totale dans le Japon traditionnel historique et culturel. Si ses spectres sont plus oniriques que toniques (pour les spectateurs fâchés avec sa lenteur), la peur qu'ils véhiculent se cache dans l'ingéniosité de Kobayashi à les mettre en image (et en sons !) : ici, la peur est belle et poétique, attirante, mains non moins implacable, voire mortelle.

Alors certes , on peut "s'ennuyer" dans Kwaïdan, mais si ses esprits ne vous effraient pas, sa leçon de cinéma, elle, ne vous laissera pas indifférent : elle est immense !


La Dame En Noir (James Watkins, 2011)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Arthur Kipps est envoyé dans un petit village pour régler une succession. Dans la maison de la défunte, il est confronté à une menaçante silhouette noire. Le fantôme qu'il a vu terrorise tout le petit village, le secret qui le motive devra être résolu pour lever la malédiction...

James Watkins, qui nous avait offert l'efficace Eden Lake, se met ici au service de la vieille dame anglaise : La Hammer ! Ambiance gothique, maison hantée, spectres menaçants et mystère irrésolu sont donc naturellement au rende-vous de La Dame en Noir.

Cette histoire de fantôme très classique est efficacement menée, La Dame en Noir parvient à surpasser son scénario usé par une ambiance réussie et une très belle imagerie d'épouvante. Son fantôme tueur d'enfant tient la route jusqu'à une fin de film presque audacieuse ! Quand à Daniel Radcliffe, il injecte tristesse et spleen à Arthur Kipps et parvient à donner une certaine épaisseur à son personnage (même si Harry Potter n'est pas la meilleure école pour acquérir un jeu d'acteur large et nuancé...).

La Dame En Noir est un film de fantôme ponctué d'images inquiétantes (on sursaute parfois, grâce à la réalisation), il évite adroitement l'ennui en se réappropriant les codes du fantastique qui avaient fait le succès de la Hammer (la Hammer, pour ceux qui ne connaitraient pas, est une société de production britannique spécialisée dans le fantastique (à l'esthétique très marquée, grande période de 1955 et 1975). Elle livra pléthore de versions de Dracula et Frankeinstein, et des dizaines de films de vampires, loups-garou et fantômes, souvent avec Peter Cushing et/ou Christopher Lee).

Gentiment efficace, plutôt élégant et tout à fait divertissant, la Dame En Noir évite les pièges du genre. En dépit de son classicisme il renoue avec un certain savoir-faire de la peur à l'écran, en dépoussiérant adroitement les clichés (on pourrait même parler de restauration). Là où un Wolfman ennuyait à mourir, La Dame En Noir se pose en modèle pour une retour de la Hammer, on est encore loin du chef d'oeuvre, mais la réussite est bien là et le plaisir aussi.  

Opération Peur (Operazione Paura, Mario bava, 1966)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

Un médecin se rend dans un village pour effectuer une autopsie. Sur place, avec l'inspecteur de police, il découvre que les villageois vivent dans la peur d'une terrible malédiction : Toute personne apercevant le fantôme d'une petite fille sont vouées à la mort.

Mario Bava est considéré comme un maître dans le cinéma fantastique italien. Avec Opération Peur, il signe ici une enquête policière parée des attributs du fantastique gothique (comme en produisait à la chaîne, en angleterre, La Hammer à cette époque), à l'ambiance particulièrement réussie, remplie de suspense et d'images inquiétantes (les apparition de la petite fille sont particulièrement effrayantes et efficaces !).

Le décors (un village oublié, quasi en ruine), les éclairages baroques, ainsi que le sens du cadre de Bava donnent à Opération Peur un petit coté de train-fantôme plutôt jubilatoire. Entièrement concentré sur son ambiance et le bon déroulement de son histoire (exit de la crédibilité et de la psychologie des personnages...), ce grand cirque fantastique, dans sa catégorie, fonctionne particulièrement bien. On notera aussi quelques beaux moments de folie (comme par exemple la course dans la villa).

En revanche, s'il est perçu (à juste titre) par les amateurs de cinéma de genre ou de "cinéma de quartier", comme un petit bijou du fantastique italien, Opération Peur, pour les autres, risque fort de prendre des allures moins nobles... : celui d'un "sous-cinéma de genre", ne faisant qu'imiter et recycler (à l'italienne, quoi !) l'autre "sous-cinéma" des productions Hammer !

Emblématique, Opération Peur, est à découvrir pour l'amateur qui serait passé à coté, il sera pour les autres un très beau témoignage (non moins emblématique !) du cinéma populaire de genre de cette période.

The Awakening (La maison des ombres, Nick Murphy 2012)


tags | , , , ,

0 comments

Angleterre, 1921 : Florence est célèbre pour démasquer les fausses histoires de fantômes. Elle intervient dans une école pour tenter de prouver qu'aucun fantôme n'y rôde, mais ses convictions professionnelles vont s’effondrer en même temps qu'elle approchera la vérité.

The Awakening est un film de fantômes qui exploite davantage le mystère et la psychologie que les effrayantes apparitions de spectres vengeurs. En cela, il rappelle le Sixième Sens pour son rythme et son climat, ou évoque un certain cinéma fantastique espagnol dit de qualité comme L'Orphelinat par exemple.

Bien qu'effectivement bien écrit et réalisé, The Awakening ne réussit cependant pas à s'élever au delà de l'accumulation des codes du genre ni à construire un suspens suffisant. Pourtant soigné, tout çà reste bien sage et classique : déjà vu.

Alors à moins de raffoler des "ghost pictures" ou de ne pas avoir vu les derniers films (souvent réussis) en date, The Awakening demeure bien trop conventionnel au regard de la concurrence. Son positionnement de film de fantômes "classique" ainsi que son manque d'originalité tuent les qualités pourtant présentes du film et empêche The Awakening de créer un climat de peur, à notre sens, indispensable au genre.
Décevant. 

Playback (Michael A. Nickles, 2011)


tags | , , , , , ,

0 comments

Une malédiction se propage par l'intermédiaire de films. Un jeune homme qui enquête pour son école sur un célèbre meurtre qui a eu lieu dans sa ville, va se trouver confronté à l'"héritier" de cette cette malédiction.

On aime les nanars à doorama, on espère toujours y trouver la substantifique moelle de la créativité où de l'originalité. Alors on a vu Playback. Faute de ce que nous espérions y trouver (sans trop y croire non plus), nous sommes ressorti vidé et abêtis de cette histoire de fantôme au ras des pâquerettes, traitée en parfait horror-movie pour ados élevé au McDo.

Playback n'est qu'une suite molle de morceaux horrifiques déjà vus (Ring entre autres). Infantilisant et brouillon, Playback accumule les clichés autour d'un scénario non seulement usé, mais finalement confus.

Playback n'est qu'une chair à direct-to-dvd, espérant trouver en la présence du pauvre Christian Slater la caution suffisante pour donner de l'envergure à ce ghost-movie ringard et creux. Playback ennuie, il singe ses grands frères en les vidant de tout sens. Il rappelle que le film d'épouvante est encore trop souvent pris comme un divertissement pour teenagers et oublie qu'il peut aussi être un formidable catalyseur du drame, une dissection psychologique ou de l'expression des dysfonctionnements de notre société. En un sens, playback est un modèle... de ce qu'il ne faut pas faire.
Playback ? Non : stop ! 

Two Eyes Staring (2010)


tags | , , , ,

0 comments




Une famille s'installe dans la vieille demeure familiale, en Belgique. La jeune fille, Lisa, voit le fantôme d'une petite fille, fantôme qui va lui faire des révélations sur sa maman.

Le cinéma néerlandais n'est pas des plus courant sur nos écrans, et s'il peut s'avérer d'une grande qualité lorsqu'il s'agit de drames (les premiers longs de Paul Verhoeven), les réussites dans le domaine du cinéma de genre ont posé un vrai problème à la rédaction de doorama pour vous sortir une ou deux références... Comme ça, de mémoire : rien !
Et après la vision de Two Eyes Staring, notre culture restera identique. Cette petite fille qui voit un fantôme ne nous laissera aucun souvenir, si ce n'est sa ressemblance lointaine avec Deux Soeurs (par son approche psychologique) et quelques réminiscences des spectres asiatiques à la The Ring

Two Eyes Staring, porte fièrement ses origines européennes, et l'on sent bien que nous sommes moins bien rompus au genre "Fantôme" que les américains (anglais et espagnols mis à part, bien sûr...). L'histoire prend difficilement de l'ampleur, la drame et la tension s'échafaudent péniblement, et les molles apparitions de la petite fille morte, sensées faire avancer le film, ne réussissent pas à lui insuffler le rythme nécessaire pour installer la peur. On subit donc ce méchant petit fantôme à coup de clichés usés (silhouette fixe, yeux baissés cheveux sur le visage...) jusqu'à un twist final assez banal, bien qu'inattendu.
  
C'est mou, sans ambition ni rythme. Ces deux yeux qui fixent réussissent à peine à garder les vôtres ouverts.


.

Insidious (James Wan, 2010)


tags | , , , ,

0 comments

Une famille emménage dans leur maison. Alors que leur fils vient subitement de tomber dans un coma profond des phénomènes inexpliqués et terrifiants surviennent dans la maison.

On connaît James Wan pour Saw et Death Sentence, deux films efficaces mais chacun largement critiquable. Avec Insidious il s'aventure dans le film de fantôme et de maison hantée, avec l'ambition de nous faire peur, très peur. Au menu : bruits, objets en mouvements, visions, portes qui claquent, apparitions, possession, lumières, etc... le tout mélangé dans un scénario classique du genre. Attendez-vous donc à à l'utilisation de la panoplie complète (et il n'y manque rien) du film d'esprits démoniaques et frappeurs et montez dans le grand huit de de James Wan !

Autant le dire, Insidious n'est pas le grand huit annoncé, mais plutôt un petit train fantôme. Malgré l'ambition, l'objet filmique s'avère au final plutôt médiocre. Il oscille sans cesse entre le déjà-vu (surtout Poltergeist !) et une bonne volonté de tous les instants. L'accumulation des attributs du genre, et la perpétuelle volonté de s'en démarquer, finissent finalement, par leur utilisation effrénée, à irriter davantage qu'à installer la peur. Tout va trop vite, une apparition chassant l'autre, ce qui finit par transformer l'expérience en simple attraction fun, et empêcher tout climat de s'installer.

Insidious s'attache plus à la forme qu'au fond, et même si certaines apparitions sont particulièrement effrayantes et bien gérées, l’accumulation de ces scénettes horrifiques (certaines assez poussives, voire ridicules) ne réussit pas à établir le nouveau standard promis de la Peur. On apprécie la dérive du pur film de maison hantée vers celui du film de possession, mais finalement on se surprend à préférer le minimalisme fauché de Paranormal Activity ! Et on attendant d'avoir de nouveau peur de s'endormir, on reverra La Maison du Diable (Robert Wise, 1963).

 

.

The Ward (2011)


tags | , , ,

0 comments



Kirsten est retrouvée devant la maison qu'elle vient d'incendier. Internée en hopital psychiatrique, elle doit apprendre à cohabiter avec les autres patientes. Rapidement, elle va découvrir qu'une autre patiente habite l’hôpital... Un fantôme qui semble bien décidée à toutes les supprimer. Se défendre commencera par tenter de comprendre !

Le Carpenter nouveau est arrivé ! Un film de fantôme dans un hôpital psychiatrique. Tout un programme, et comme la trame semblait bien "basique", on attendait le meilleur du maître, puisque c'est dans le minimalisme que son talent s'exprime le mieux. 10 ans que le maître ne nous a pas cloué sur notre fauteuil, quand à ses tentatives télévisuelles elles se sont avérées plutôt médiocres...
Alors The Ward ?  Sans être raté, il y a gros à parier que les fans de Carpenter vont être déçus ! Et les autres ? Peut être les spectateurs dénués de culture horrifique et peu consommateurs de films de genre l'apprécieront et se feront peur. Car c'est bien là que le The Ward échoue. On attendait un travail de professionnel, une régal de connaisseur et une maitrise bien assurée ; on se retrouve avec un film gorgé de peur "grand public" et de grosses ficelles usées. On oubliera surtout son twist final, grandement inutile, sans doute rendu nécessaire pour combler le manque de substance du film.
Le maître est mort. Rendons-lui hommage en revoyant sa trilogie de l'apocalypse : The Thing, Prince Of Darkness et l'Antre de la Folie, peut être son dernier grand film... 
.


R Point ( Su-chang Kong , 2004)


tags | , , , ,

0 comments

Après un appel reçu par des soldats déclarés disparus, une unité de sauvetage est envoyée au Point R pour retrouver ces soldats. Sur place, malgré les appels de détresse, aucune âme. L'unité va découvrir à ses dépends que le lieux est hanté.

Ça s'annonce pas mal au début, mais cette histoire de fantôme et de malédiction s'étire trop, bien trop pour ne pas être épuisée à la fin. La petite musique des détails étranges qui s'enchaînent, de plus en plus étranges, de plus en plus rapprochés, devient vite répétitive et l'intérêt du spectateur laisse rapidement place à une douce sensation de torpeur.

La seule chose qui pourra vous réveiller, ce n'est pas les apparitions des fantômes (plutôt réussies par ailleurs quand on repense aux plans des soldats fantômes de dos dans les hautes herbes...), mais les réactions plus qu'improbables des soldats qui piquent des crises de larmes au moindre cadavre et sautent au plafond au moindre craquement de branche. Dommage quand on est soldat dans la nature coréenne.

Du coup je repense non sans une certaine émotion aux fantômes-nazis-pas-contents de Outpost... Y'a pas à dire certains sujets sont mieux traités lorsqu'ils gardent des ambitions mineures, au pire on tombe de moins haut !