Accueil

Affichage des articles dont le libellé est film muet. Afficher tous les articles

The Artist (Michel Hazanavicius, 2011)


tags | , , , , ,

0 comments

Une star du Cinéma muet voit son statut bouleversé par l'arrivée du Cinéma parlant et de ceux qui y rencontrent le succès, en particulier la belle Peppy Miller tombée amoureuse de la star descendante...

Déclenchant un tsunami d'enthousiasme médiatique, The Artist agit effectivement comme un souffle d'air frais, un électrochoc, comparé aux autres productions actuelles. Incroyable réalisation, recomposition à l'identique d'un véritable film muet, The Artist offre effectivement une impressionnante patine du "cinéma d'avant" et restitue à merveille son charme, sa force narratrice et sa charge émotionnelle.

Tendre, beau et intelligent, The Artist réussit le tour de force à injecter des éléments du langage cinématographique moderne dans son minutieux travail de copiste, tout en respectant l'esprit et la forme d'alors. Le travail de Michel Hazanavicius est impressionnant et, il est vrai, parfait. On comprend que l'Amérique accueille si chaleureusement cette ode au Cinéma Américain Muet, cette ode au Cinéma tout court !

S'il est bien difficile de reprocher quoi que ce soit à The Artist (casting, réalisation, lumière, scénario...), le bémol de Doorama se portera plutôt sur le public de The Artist... Parce qu'à bien y regarder, mis à part la rareté de ce type de projet (et c'est effectivement déjà beaucoup) où se situe la "nouveauté" ? Il n'y en a pas.

The Artist est un film hommage, une piqure de rappel indiquant qu'un pan entier du cinéma a été oublié, zappé, du grand public en raison de sa forme (muet, noir et blanc...). The Artist est un immense travail de copiste (au sens noble du terme) dont la force réside dans les originaux qu'il imite et l'envie qu'il donne de revoir les classiques du Muet.
Le succès du film d'Hazanavicius est loin d'être démérité, il apparaît plutôt comme disproportionné et rappelle que critiques comme spectateurs ont oublié (ou ne connaissent pas !) ce cinéma d'hier. Et comme on dit par chez nous : "C'est ça qui fait tristesse" !.
Espérons que le public se souviendra de ce message.