Accueil

Affichage des articles dont le libellé est infectés. Afficher tous les articles

Rec 3 Genesis (Paco Plaza, 2012)


tags | , , , , , ,

0 comments

Koldo et Clara se marient ! Mais alors que la fête bat son plein, l'un des invités semble malade. Subitement, il agresse d'autres invités : c'est le début d'une fulgurante épidémie de violence et de mort.

Pour les amateurs de cinéma d'horreur, Rec est directement rentré en 2007 au panthéon des excellents films d'horreur pour son efficacité, son suspense et son intelligence (si, si !). Son principe d'un reportage télé, façon caméra embarquée, qui vire au cauchemar en milieu clos était diaboliquement concocté, il proposait aussi d'intéressants infectés (proches cousin du mort-vivant). Rec 2, bien moins réussi, prolongeait cependant honorablement l'aventure en amenant une intéressante interprétation religieuse à l'origine du mal. Rec 3 lui est pour le meilleur et pour le pire !

Le comparse des deux précédents films, Jaume Balagueró, à donc laissé son pote Paco Plaza opérer seul (bonne idée Jaume !) pour un troisième épisode qui mis à part le comportement des créatures n'a plus grand chose à voir avec les premiers. Rec 3 remplit certes le cahier des charges du petit film d'horreur, en proposant son lot de scènes gores, une bonne dose d'humour et en assurant un minimum de savoir faire technique. Hélas cette suite sombre dans le cinéma d'horreur du samedi soir, en oubliant totalement de rechercher ce qui fait peur -réellement peur- et en limitant ses ambitions au niveau de la simple aventure sanglante.

Nous suivons donc un couple séparé lors du massacre de ses invités, dont le seul objectif sera de se retrouver tant l'amour qu'il partage est puissant ! Pourquoi pas nous direz-vous ? Sauf que la gestion de cet amour revêt de bien calamiteux aspects, mettant à l'écran deux pales acteurs accumulant les situations proches du ridicule. Rec 3 reprend à son compte ma dimension religieuse amenée dans Rec 2 l'exploite maladroitement, en simple surcouche qui lui permet d'articuler grossièrement son scénarios. Rec 3 choisit aussi de rompre définitivement avec son principe de film tourné par un amateur en "live", et retrouve le langage cinématographique conventionnel, monté/cadré, de n'importe quel autre film.

Rec 3 Genesis clôture donc les expérimentations de la série, et ne retiendra des précédents films que ses ingrédients principaux (l'épidémie et la survie de ses personnages) qu'il utilisera comme simple prétexte pour proposer un film d'horreur basique, ordinaire et banal, au ton proche de la parodie. Rec 3 n'est qu'un film d'horreur comme on il y en a tant, qui refuse l'idée de faire peur et préfère se cantonner à une simple recherche du grand guignol visuel pour tenir sa courte longueur (1h14 d'images !). Correct s'il n'était pas estampillé "Rec", Rec 3 Genesis prend des allures de plan marketing en exploitant abusivement son titre et en ne proposant au final qu'un produit bien lointain de ses prédécesseurs. A voir comme un lointain spin off de la série qui piétine et trahit ses origines. A peu près visible, un peu fun mais quand même bien vain et proche du bas de gamme.


Procurez-vous Rec 3 ou les autres films Rec