Accueil

Affichage des articles dont le libellé est liam neeson. Afficher tous les articles

Taken 2 (Olivier Megaton, 2012)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

 En vacance avec son ex-femme et sa fille à Istambul, Bryan Mills va devoir affronter un chef de clan Albanais qui veut venger la mort de ses hommes et de son fils. Il est enlevé avec sa femme, mais pire encore, les hommes de Murad veulent aussi capturer sa fille. L'objectif de Murad est clair une vengeance implacable... celui de Bryan Mills, protéger sa famille.

Nous n'attendons plus rien des productions Europa, même si des films comme le sublime Trois Enterrements nourrissent encore notre curiosité. Taken 2 est donc, sans surprise, un nouveau fleuron bien représentatif du cinéma selon Besson : action maximale, scénario minimal.

Lire la suite...

Le Territoire Des Loups (The Grey, Joe Carnahan, 2011)


tags | , , , ,

0 comments


 

Dans le grand nord, les survivants d'un crash d'avion, doivent faire face aux conditions climatiques extrême ainsi qu'à une meute de loups pour rester en vie.

Le Territoire des Loups est un survival pur jus, flirtant presque avec le fantastique (pour la partie canus lupus) et la série B virile, façon "entre hommes".

Si l'on oublie la tentative maladroite de peaufiner la psychologie des personnages (souvent casse gueule, rarement utile et réussi, dans des films où l'action prime), et son inévitable catalogue des codes du genre (la découverte, l'encerclement, la rivière, les flash-backs, l'abandon, etc...) Le Territoire Des Loups parvient cependant à tenir la longueur.

Bien que son rythme soit inégal, que l'agressivité du froid extrême soit sous exploité et que le choix de loups-chasseurs n'apportent rien de plus que des autochtones en colère, l'ensemble reste plaisant et efficace, pour peu qu'on n'y recherche pas un nouveau modèle du genre.

Le Territoire Des Loups est une série B plutôt réussie, distrayante, qui parvient à repousser l'ennui et les pires pièges du genre (pas tous cependant). On lui reconnaitra surtout un traitement nihiliste particulièrement bien vu, qui permet parfois au film de distiller un excellent climat et laisser planer une  ambiance de "mort" qui sied bien à l'ensemble.
 


Sans identité (2010)


tags | , , ,

0 comments

Après un accident de voiture, je me réveille sans toute ma mémoire. Un autre a pendant ce temps pris ma place et mon identité auprès de ma femme. Comment, pourquoi ? Je vais devoir prouver que je suis bien qui je suis et reprendre la place qu'"ils" m'ont volé.

Sans Identité porte bien son nom. On ne s'ennuie certes pas devant cette série B assez musclée, mais tous les rebondissements scénaristiques et l'enquête de Liam Neeson ne suffisent pas à nous faire adhérer 100% à cette intrigue. Dans son suspense et ses révélations Sans Identité réussi à nous surprendre, mais on s'attend tellement à être surpris que ce n'est finalement plus une surprise ! Ce qui manque donc ici, c'est de la spontanéité et de l'originalité.

Par exemple on détestera cette visite touristique convenue et déguisée de Berlin. Discrètement le film égraine les hauts lieux de la capitale, scène après scène, sans trop s'y attarder visuellement, mais on reconnaît la grosse ficelle ! C'est sûr, capter l'âme de Berlin était moins facile qu'utiliser les cartes postales.

On pense aux Bourne's Identity, beaucoup d'ingrédients sont là, mais ils sont de moindre qualité. Au final, quitte à voir de l'action et du suspense, mieux vaut découvrir A bout Portant qui est bien plus jouissif et efficace que cette grosse machine trop huilée : l'artisanat contre l'industriel ?