Accueil

Affichage des articles dont le libellé est mariage. Afficher tous les articles

Thérèse Raquin (Marcel Carné, 1953)


tags | , , , , , , , , , ,

0 comments

Fille adoptée, en épousant le fils de sa famille d'accueil, Thérèse marquait alors sa reconnaissance, mais son mariage ne lui offre qu'une vie triste et monotone.. Lorsque Camille invite Laurent, un camionneur italien, un amour naît immédiatement . Ils décident de s'enfuir ensemble, mais les choses tournent mal et Laurent tue Camille... La police mènera son enquête et un témoin du crime viendra les faire chanter et mettre leur amour en danger.

Drame sombre et passionnel, adapté du roman de Zola Thérèse Raquin rappelle un peu Les Diaboliques, tourné un an plus tard, avec Simone Signoret encore au centre d'une relation amoureuse meurtrière. Si Thérèse Raquin impose habilement son suspense, il reste cependant loin du fantastique et s'articule autour d'un couple au destin contrarié. Thérèse Raquin, c'est pas Les Enfants du Paradis, mais la tristesse qu'il exprime et l'empathie qu'il fait naître fonctionnent parfaitement.

Lire la suite...

Carambolages (Marcel Bluwal, 1963)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Entre son mariage avec la fille de son supérieur hiérarchique et sa maîtresse enceinte, sa secrétaire, Paul veut absolument gravir les échelons de la société organisatrice de voyages qui l'emploi. Devant les promotions sans cesse repoussées par le Directeur Général, Paul décide d'accélérer de manière radicale le renouvellement des cadres de l'entreprise.

Cette comédie sur l'ambition professionnelle, malgré son indéniable humour, met bien du temps à atteindre sa vitesse de croisière. Le spectateur devra donc s'armer de patience avant de se laisser emporter dans ce jeu de chaises musicales.

Lire la suite...

Arsenic et Vieilles Dentelles (Frank Capra, 1944)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Mortimer Brewster vient juste de marier. Mais lorsqu'il vient annoncer la bonne nouvelle à ses deux tantes, d'adorables vieilles dames adorées de tout le quartier pour leur grandeur d'âme, il découvre qu'une de leurs bonnes actions consiste à tuer de vieux messieurs...

Arsenic Et Vieilles Dentelles est une expérience que l'on peut qualifier d'épuisante ! Frank Capra, en adaptant une pièce de Broadway, signe un monument de la comédie américaine, et enchaîne deux heures durant, les situations les plus folles et les rebondissements les plus rocambolesques, le tout  noyé dans un humour noir, souvent teinté de burlesque. Réalisé à la manière d'un quasi hui-clos (puisque l'action se déroule presque intégralement dans le salon des deux adorables tantes) Arsenic et Vieilles Dentelles est un modèle du genre.

En plus de son scénario en or, le plus gros atout de Arsenic et Vieilles Dentelles est, bien entendu, un Cary Grant plus drôle que jamais, qui saute, virevolte, grimace et en fait des tonnes ! Au milieu des péripéties qu'il traverse, son personnage dérive lentement de la légère fébrilité (le mariage...) vers une frénésie nerveuse, proche de la folie qui semble habiter toute la famille Brewster... Cadavres cachés, invités surprises, vin empoisonné, frère meurtrier-psychopathe, cave transformée en cimetière, jeune épouse à combler et un Président Roosevelt qui joue du clairon et sonne la charge dans l'escalier, ne sont que quelques unes des irrésistibles, et souvent hilarantes, situations qu'il doit affronter.

En dépit de son aspect très théâtrale, Frank Capra insuffle une vitalité sans faille à sa mise en scène (la séquence dans le salon du transport de Mr. Hopkins, dans une quasi obscurité, est tout simplement "lumineuse"...). Perpétuellement balayée par un vent de folie, Arsenic Et Vieille Dentelles parvient à maintenir un rythme constant en empilant les situations comiques et en les faisant s'entrechoquer dans un humour aussi noir que débridé ! Du bonheur, rien que du bonheur...

Véritable concentré d'humour, Arsenic Et Vieille Dentelles est, pour la rédaction de Doorama, l'une des comédies américaines les plus drôles jamais réalisées. En compilant nos souvenirs, nous avons bien du mal à trouver un autre titre qui propose aussi intensément et efficacement son génie comique, et ce sans jamais faiblir, durant près de deux heure : on vous le dit, c'en est presque épuisant ! Du haut de ses (presque) 70 printemps,  Arsenic Et Vieille Dentelles tient plus qu'aisément la "dragée haute" devant nombre de ses compétitrices. Un modèle, un incontournable jalon de la comédie américaine : un chef d'oeuvre, ni plus, ni moins.

Procurez-vous Arsenic et Vieilles Dentelles ou d'autres films de Frank Capra ou avec Cary GrantPeter Lorre 

Lune de Miel Mouvementée (Once Upon A Honeymoon, Leo Mc Carey, 1942)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

Pendant le seconde guerre mondiale, un journaliste cherche des informations sur un Baron autrichien lié à Hitler. Afin de mener son enquête, il se rapproche de la future épouse du Baron dont il tombe amoureux... Son enquête le fera traverser l'Europe en guerre pour suivre le Baron et son épouse.

Leo McCarey participe à l'effort de guerre américain, comme nombre de réalisateurs de l'époque (on pense à Frank Capra...) en réalisant cette comédie engagée contre le nazisme qui rongeait l'Europe.

Si Lune de Miel Mouvementée se regarde avec plaisir, son humour timide et son hésitation à choisir son registre entre espionnage et comédie romantique ne laisse pas de souvenir impérissable. Lune de Miel Mouvementée est léger, rythmé, parfois très drôle mais revêt une forme un peu trop fourre-tout.

Qu'importe ! Le film de McCarey vaut avant tout d'être vu pour le couple Cary Grant - Ginger Rogers dont le jeu énergique, libre et naturel semble aujourd'hui bien moderne, au regard des standards de l'époque !

Lune de Miel Mouvementée émet encore un charme certain et la maîtrise de McCarey y est indéniable en dépit d'un scénario qui ratisse un peu large (romance, humour, espionnage, dénonciation, etc...) et qui de temps à autre manque de fluidité.


Mon Epouse Favorite (My Favorite Wife, Garson Kanin, 1940)


tags | , , , ,

0 comments

Nick Arden vient de se remarier, sept ans après la disparition de sa femme, déclarée décédée dans une expédition à l'autre bout du monde. Mais un jour sa première femme réapparait, et elle est bien décidée à récupérer sa famille et son mari fraichement remarié.

Encore une charmante comédie romantique, comme les américains en avaient le secret à cette période. Mon Epouse Favorite possède tout le charme et l'énergie de ce type de production, et il éprenne efficacement cette joyeuse aventure conjugale, porté par un duo d'acteur (Cary Grant et Irene Dunne) tout aussi charismatique et énergique.

Mon Epouse Favorite suit un développement par chapitres plutôt réussi. Il enrichit régulièrement son pitch en y ajoutant de nouvelles étapes. Ce découpage marqué, relance sans cesse son rythme en enrichissant ses thèmes (la mise en place, le retour, l'annonce, l'autre vérité, la loi, la vengeance, etc...).

Bien que jouant la carte de la légèreté, les thèmes abordés, soigneusement emballés sous l'apparence de la comédie innocente, semblent encore aujourd'hui très "contemporains". Mon Epouse Favorite est bien sur un simple prétexte au divertissement, mais ses ingrédients (comme la bigamie, les aberrations juridiques, la famille recomposée et la relation avec les enfants) donnent une réelle consistance à cette très agréable fantaisie.

Une fois de plus, Cary Grant met son immense talent au service d'un film qui n'a finalement que peu vieillit. Mon Epouse Favorite, même s'il privilégie le comique de situation aux gags visuels et ponctuels, conserve encore tout son rythme et sa fraicheur, il se regarde avec un grand plaisir, même s'il est vrai aussi que sa fin peut apparaître laborieuse. Mais oubliez ce détail, laissez-vous entrainer dans cette excellente comédie et aidez plutôt ce pauvre Nick à résoudre sa quadrature du cercle : "si je veux retrouver mon épouse je dois divorcer de mon épouse... et si mon épouse n'est plus morte, je suis bigame !"

L'Impossible Monsieur Bébé (Bringing up Baby, Howard Hawks, 1938)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

A la veille de son mariage et d'une importante avancée professionnelle, David Huxley rencontre Susan Vance, une femme excentrique qui va s'enticher de lui. Accompagnée de Bébé, un léopard, et de la complicité de George, un chien, Susan va considérablement bouleverser, dynamiter même, la vie de David...

Bringing Up Baby est un incontournable de la comédie américaine dite 'screwball comedy', un pur moment de bonheur et d'énergie incroyablement chorégraphié par un Howard Hawks en pleine maîtrise.

Quiproquos multiples, dialogues percutants, Cary Grant et Katharine Hepburn survoltés, humour omniprésent, romance, chasse au léopard et course au chien ne sont que quelques un des éléments qui s'enchainent, se superposent et se répondent au millimètre dans un rythme endiablé. Bien qu'aucun numéro de danse n'apparaisse dans l'Impossible Monsieur Bébé, c'est bien à une véritable chorégraphie que nous assistons.

Comédie romantique et débridée, légère et tonique à la fois, Monsieur Bébé regorge de ressorts comiques particulièrement efficaces. Porté par l'un des plus beaux couple qu'il soit à l'écran, il semble impossible de ne pas se laisser porter dans ce flot ininterrompu de rebondissements, derrière lequel l'amour vif et instantané de Hepburn insuffle une vie et une énergie savoureuse.

Chef d'oeuvre total du genre, l'Impossible Monsieur Bébé est intact, tant dans son rythme que dans son humour, sa mise en scène dégage toujours la même vitalité et il conserve encore son statut de maître étalon de la comédie romantique. Bien des tentatives actuelles échouent à concentrer aussi brillamment autant de rythme et de souffle : L'Impossible Monsieur Bébé est toujours aussi jeune.


Mother India (Mehboob Khan, 1957)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

Pour le mariage de Radha, sa belle mère a hypothéqué les terres familiales auprès de Sukhilala, l'usurier du village. Celui-ci entrainera le couple et leurs enfants dans la pauvreté la plus absolue. Radha devra affronter chaque épreuve et faire face à un destin plus que sombre.

Mother India est une grande fresque du cinéma Boolywood, et une date importante du cinéma indien. Il décrit la vie d'une femme, de son mariage jusqu'au crépuscule de sa vie, qui doit faire face à un véritable chemin de croix, constellé de malheurs, privations et désillusions, et rester droite devant les injustices des hommes.

Pouvant être vu comme un catalogue quasi-exhaustif des saloperies que la vie peut vous faire, il véhicule des valeurs fondatrice de l'Inde : la terre, la famille, la nature. Dans le milieu paysan, il aborde le pauvre face au riche, le bonheur et l'injustice, et établit un parallèle entre l'Inde en tant que "patrie", la mère indienne et Mère Nature au travers de la terre nourricière.

Mother India est un film sur le courage et l'honneur, au travers de l'enfer que vit son personnage, il est une ôde aux valeurs indiennes. Derrière la fresque naturaliste et la noblesse de son histoire se cache un portrait noble et fier (patriotique ?) du Peuple Indien, en prenant grand soin de ne pas trop l'appuyer sur la religion.

Un film de plus de 50 ans (mais en technicolor !), de presque 3heures, avec ses numéros de danse et de chansons, sans effets spéciaux et en langue indienne : beaucoup ne tenteront pas l'aventure...
...et c'est bien dommage, car Mother India est un bloc d'humanité, de vie, qui force le respect, un film qui ne peut cacher ses rides, mais dont le message universel demeure intact, immaculé !


Melancholia (Lars Von Triers, 2011)


tags | , , , , ,

0 comments


Le fou Von Triers a encore frappé. Comment réagirions nous à quelques temps de la fin de notre monde, notre planète se situant sur l'exacte trajectoire de la comète Melancholia ?

Au travers d'un film en 2 parties (un mariage rappelant Festen puis l'après mariage sur les lieux de la fête), Von Triers nous bombarde d'interrogations au travers de deux soeurs, deux tempéraments différents, appréhendant le funeste événement. Loin du dogme de ses début, la mise en scène de Von Triers se pare de sublimes séquences visuelles symboliques (au début) pour ensuite les explorer une à une, entre force et poésie.

Spectateur de ces spectateurs, Melancholia envoûte par son rythme lent, et, pour peu que l'on supporte le langage cinématographique de Von Triers (pour ma part j'en raffole) propose une immersion totale dans une histoire un peu hors du temps, un retour sur nous même à l'aube d'une fin certaine. Melancholia est une sensation, fugace mais précise.

Il y a longtemps que Von Triers ne nous avait autant séduit, réussissant pour une fois à ne pas se laisser aller à ses excès.

.

Bon à tirer (B.A.T.) (Hallpass, 2011)


tags | , , , , ,

0 comments


Je suis un homme. J'aime ma femme, mais je ne pense qu'au cul. Ma femme ne comprends pas que je matte les autres femmes ou que je ne parle que de cul avec mon meilleur ami. Elle va quand même tenter l'expérience de m'offrir une semaine "hors mariage" (un B.A.T.) pour que je puisse faire tout ce que je veux, et me rende ainsi compte que je ne peux pas vivre sans elle. Mon meilleur pote sera avec moi pour cette semaine de liberté totale où tout est permis.


Les Frères Farelly qui nous avaient bien fait marrer il y a quelques années avec le très drôle Mary à Tout Prix et le cultissime Dumb & Dumber, ont vieilli eux aussi... Comme dans le médiocre l'Amour Extra Large, et comme leurs personnages, ils s'enfoncent dans leur vie d'adulte marié et rangés et oublient ce qu'ils ressentaient quand l’acné recouvrait encore leur visage poupin.Tout ça est donc sage, trop sage, moralisateur à l'américaine (ta femmes, ta famille !) et ne réussi pas à s'affranchir des convenances pour être ce qu'on attends de ce genre de cinéma : un défouloir qui ose aller au bout de ses blagues potaches ! (on appréciera cependant la scène de la fille qui pète dans la baignoire...)

On est bien loin d'un Supergrave, dommage parce que l'équipe formée de Owen Wilson (il sait vraiment "jouer" Owen ?) et de son pote était pleine de promesses.


.