Accueil

Affichage des articles dont le libellé est mystère. Afficher tous les articles

Nomads (John McTiernan, 1986)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

A l'hôpital, avant de mourir sans raisons apparentes, un homme énonce une curieuse phrase en français à la femme docteur qui le soignait ; elle va alors revivre ses derniers jours. Rendu curieux par le comportements atypique d'un petit groupe d'individus, Jean-Charles Pommier, anthropologue récemment installé à L.A., avait en fait découvert que des esprits nomades et maléfiques vivaient parmi nous...

Avant de réaliser Piège de Cristal et Prédator (mais ne pardonnons pas le remake de Rollerball pour autant...) John McTiernan réalisait un premier film sur un anthropologue qui découvre une tribu au beau milieu de notre société : Nomads. Si dans ces 80's voyantes et superficielles, Nomads surprend par son rythme, son thème et sa relative richesse, il est hélas aujourd'hui assez difficile de faire le tri entre ses nombreux défauts et qualités.

Lire la suite...

Hansel et Gretel (Yim Pil-Sung, 2007)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Après un accident, Eun-Soo est recueilli dans une maison où vit une  petite fille, avec son frère, sa soeur et leurs parents. Très vite, il s'aperçoit que ce qui ressemble à la maison du bonheur recèle aussi un terrifiant mystère, et qu'il est en fait le prisonnier des enfants.

Avant son récent Doomsday Book, Yim Pil-Sung nous avait donné cette inquiétante et très libre adaptation du fameux conte des frères Grimm. Hansel et Gretel n'est peut être pas le film coréen de 2007, mais la réussite est bien là et ses atouts bien visibles !

Lire la suite...

Le Singe Tueur (The Ape - William Nigh, 1940)


tags | , , , , ,

0 comments

Un docteur, mis au ban de la société, tente de mettre au point un remède à partir du liquide cephallo rachidien d'êtres vivants pour redonner ses jambes à une femme en fauteuil roulant. Un soir, un gorille s'échappe du zoo en tuant son gardien... Les autres victimes du gorille ont-elles un lien avec le mal-aimé docteur Adrien ?

La rédaction avait envie d'un Boris Karloff, alors nous sommes tombés sur ce très court Singe Tueur de 62 minutes. On s'en doutait un petit peu, mais à l'issu de sa découverte, on comprend assez aisément pourquoi ce film n'a pas rencontré la même destinée qu'un  Frankeinstein ou un King Kong...

Lire la suite...

Beneath The Darkness (Nuits Noires - Martin Guigui, 2012)


tags | , , , ,

0 comments

Des adolescents tentent de prouver que le croque-mort de la ville n'est pas cet individu normal qu'il prétend être... En pénétrant chez lui, ils découvrent qu'il y garde le corps d'une femme, mais surpris par l'homme, l'un d'eux est tué de sang froid...

Il y a Thriller et thriller ! Beneath the Darkness ne rentre ni dans la première catégorie des Thrillers qui font peur, glacent le sang et vous mettent en apnée jusqu'au générique de fin, il ne rentre pas non plus dans celle de ces thrillers qui font au moins passer un bon moment et divertissent efficacement.Non, Beneath The Darkness ne semble exister que pour occuper un trou dans une grille de programmation d'une chaîne télé lambda !

On s'étonne du minimum mis en oeuvre par Martin Guigui (non, ne nous moquons pas, c'est mal !), on ne comprend pas pourquoi un tel scénario (des jeunes sans aucun relief se "battent" pour prouver qu'ils ont raison de suspecter un homme d'être un dangereux psychopathe) soit porté à l'écran sans même tenter d'y ajouter un nouvel élément, on comprend encore moins comment son réalisateur puisse imaginer que le spectateur marche, ne serait-ce qu'un instant, dans une intrigue aussi dénuée de suspense que de surprise.

Beneath The Darkness échoue à susciter tout intérêt du spectateur, il accumule les poncifs, exploite mal les codes du genre et ne parvient qu'à créer un profond ennui que le jeu cabotin d'un Denis Quaid au minimum syndical ne parvient pas à rehausser un instant.

Grand "rien" exempt de tout enjeux, vidé de toute substance artistique comme technique, on ressort de Beneath the Darkness avec une folle envie de se revoir un bon Steven Seagal, histoire d'avoir l'impression de voir un "vrai film"... C'est dire !


La Derrnière Vague (The Last Wave, Peter Weir, 1977)


tags | , , , , , , , , , , ,

0 comments

Alors que l'Australie subit de curieux troubles météorologiques, à Sydney, un avocat, doit assurer la protection d'un groupe d'aborigènes impliqués dans un homicide. Par le biais de curieux rêves prémonitoires, il va rapidement s'interroger sur l'hypothèse d'un meurtre tribal ainsi que son propre rôle.

Sauf surprise, les plus grands films de Peter Weir sont derrière lui (Witness, Hanging Rock, le Cercle des Poètes Disparus, The Truman Show pour certains) la Dernière Vague en fait partie.

Sur fond d'enquête initiatique et de quête identitaire, La Dernière Vague possède bien des qualités. Sur un scénario ambitieux (fin du monde, cultures ancestrale, parcours initiatique, cause aborigène, rêves prophétiques, etc...) Peter Weir distille un puissant climat de mystère, il développe adroitement les nombreuses facettes de son film pour lui donner une richesse certaine et construire une dimension fantastique complexe et passionnante.

Porté par un Richard Chamberlain excellent (la preuve existe dans ce film), La Dernière Vague propose un étonnant parcours, du film catastrophe à celui de film fantastique, qui s'appuie sur une habile utilisation de thèmes de réflexion comme la cohabitation des cultures, les croyances de nos sociétés et même l'écologie, en filigrane, au travers d"une apocalypse à venir, à laquelle une société demeure sourde à ses symptômes (grêle, pluie noire...).

Paradoxalement, c'est cette même richesse thématique qui viendra troubler le spectateur, puisque aucune clé ne lui étant livré, il se retrouvera seul avec tout ce beau matériaux sans réel notice de montage. La Dernière Vague est une lente prise de conscience, une quête de vérité et d'identité, nimbé d'un impressionnant climat de mystère particulièrement réussi (notamment par l'utilisation de l'Ere des Rêves aborigène - Dreamtime).

Si, à l'image de la météo tout n'est pas toujours clair, il demeure aujourd'hui un film terriblement intriguant qu'il convient de (re)découvrir malgré ses quelques rides (de sagesse) superficielles.
Il réveillera aussi chez certain l'envie de revoir un Wolfen ou bien un Nomads...


Inferno (Dario Argento, 1980)


tags | , , , , , ,

0 comments

A New York, Rose découvre que l'immeuble dans lequel elle vit est l'antre d'une des Trois Mères, la mère Ténèbre (la mère des Soupirs est à Fribourg, la mère des Larmes à Rome...). Effrayée de sa découverte, elle demande à son frère vivant à Rome de la rejoindre, mais lorsqu'il arrive enfin, Rose à disparu...

Deuxième volet de la Trilogie des Trois Mère (avec Suspiria en 1977 et Mother of tears en 2009), Inferno reprend, et pousse encore plus loin, l'esthétique baroque et hyper coloré de son prédécesseur. Sur ce point, Dario Argento réussit un film magnifique à l'image, certes très pop et 80', mais dont les bleus roses et rouges criards participent à l'ambiance ésotérique du film et le transforme en une expérience visuelle passionnante et ébouriffante.

En revanche, là où Suspiria kidnappait littéralement son spectateur pour l'immerger dans un monde maléfique en pleine expansion, Inferno échoue à reproduire l'expérience et rate complètement son développement narratif et la construction de ses personnages. Il accumule une succession de scènes esthétiques et maniéristes, davantage à la recherche de meurtres sanglants stylés giallo que propices à installer un climat maléfique et fantastique. Inferno s'incarne alors en un patchwork mal assemblé, dont l'ésotérisme déserte le scénario pour s'installer du coté du spectateur et parasiter sa compréhension.

Face à cette distance entre fond et forme, Inferno perd de son potentiel vénéneux, son manque de continuité scénaristique le vide de son âme et le transforme en un sous Suspiria, en en pillant tout les ingrédients (mystère, gore, esthétique, musique...) pour les ré-exposer de nouveau, mais à force de surenchère, cette fois-ci de manière gratuites et dégénérée, presque à la limite du mauvais goût.

Rendons cependant hommage à Argento sur un point : le bâtiment dans lequel se situe l'action, véritable personnage central du film, est superbement filmé est exploité. Sous sa caméra il acquiert une vie propre, complexe, il renferme cette âme maléfique cruellement absente du reste de l'oeuvre.

La véritable Alchimie d'Inferno n'est pas dans son thème, comme le décrit Argento, elle réside finalement dans sa capacité à transformer l'or de son matériau initial en plomb cinématographique.
On ne retiendra donc d'Inferno qu'un film médiocre, au climat inégal, mais à la folle esthétique d'un chef d'oeuvre barré.


La Sagesse Des Crocodiles (The Wisdom Of Crocodiles, Leong Po-Chih, 1999)


tags | , , , , , , , , , ,

0 comments

Steven vit à Londres, grand séducteur, il se nourrit d'amour... et de sang ! Il est soupçonné d'avoir tué sa dernière petite amie, celle d'avant est morte elle-aussi... Alors que la police s'interroge sur son implication, il rencontre Anne. Sera t-elle sa prochaine victime ?

Enorme interprétation du jeune Jude Law, La Sagesse Des Crocodiles revisite avec originalité et personnalité le mythe du vampirisme. Pas de folklore ici, comme nous, Steven sort le jour et ne craint pas l'ail ou les croix, comme nous il recherche l'amour, mais lui se nourrit de sang.

Pour sa surprenante variation sur le thème, Leong Po-Chih soigne son climat et sa réalisation, il entretient le mystère sur son prédateur et préfère la lenteur à l'action ou aux rebondissements. Il parsème son scénario d'éléments propre à enrichir le thème (ce que Steven trouve dans le sang... l'après repas...) et enrichit l'expérience du spectateur par une savante distillation des explications qu'il leur donne.

A la manière de Morse ou Les Frontières de l'Aube, le film pousse les codes vers de nouvelles interprétations plutôt que de simplement les réutiliser. Tantôt romantique, tantôt inquiétant, La Sagesse Des Crocodiles propose un portrait énigmatique du prédateur mythique, et lui confère une personnalité à mi chemin entre l'homme et l'animal.

Au fil des années, La Sagesse des Crocodiles n'a rien perdu de son coté fascinant et, en son genre, novateur. Il trouve une place à part dans le thème, en substituant le coté maléfique et moyenâgeux du vampire par une passionnante réinterprétation contemporaine.
Un must-see pour les amateurs, et une séduisante découverte pour les autres.

Anonymous (Roland Emmerich, 2011)


tags | , , , , , ,

0 comments

Et si Shakespeare n'était pas le véritable auteur de oeuvres que nous lui connaissons ? Qui serait alors le véritable auteur de ces chef d'oeuvres ? Pourquoi sont elles passées à la postérité sans que son véritable auteur l'ait été ?

Le Roland Emmerich Nouveau arrive toujours avec son lot d'interrogations... Sera t'il plus ou moins mauvais que le précédant ? S'y amusera t-on autant qu'il sera raté ?
Pour ceux qui partagent ces question avec la rédaction de Doorama, cet Anonymous risque fort de les laisser sans voix.

Autant le dire tout de suite, Anonymous est un thriller historique, plutôt intéressant et voire même réussi. Si film tient la route et que l'on que Emmerich nous surprend, on ne peut aussi que constater que le réalisateur ne parvient pas à livrer des personnages convaincants et bien écrits. C'est là le principal défaut d'Anonymous.

Si Emmerich, dans sa perpétuelle quête de spectacle, réussit ici parfaitement à inhiber ses envie de grand spectacle et conserve au film un certain coté intimiste, il ne parvient cependant pas à s'interdire une révélation inutile, proche du twist psychologique, auquel il est difficile d'adhérer, ni de nous faire le petit catalogue façon "best of" du Shakespeare pour les Nuls !

Anonymous, n'est pas un film raté (loin de là), il souffre simplement d'un certain manque de rigueur. Il donne l'impression d'un grand sujet orphelin, d'un film né dans des mains encore inexpérimentées, d'un film qui aurait pu exploser avec un Auteur mais qui n'a rencontré qu'un brillant technicien : un supplément d'âme (de personnalité ?) aurait sans doute illuminé Anonymous.


Derrière les murs ( Pascal Sid, Julien Lacombe, 2010)


tags | , , , , ,

0 comments

Derrière les Murs tente de nous mettre sous le coup d'une pression psychologique de haut niveau en nous proposant un épais mystère, si dense que le spectateur risquera l'arrêt cardiaque sous tant de suspense...

Hélas les murs sont biens fins, les ficelles bien grosses, et il est difficile de s'intéresser à cet objet bien plus télévisuel que cinématographique. Maladroit et sans aucun rythme, Derrière les Murs est triste et fade de bout en bout... Il confond tension avec dépression et ne nous offre qu'une tentative bien trop laborieuse, dénuée de toute réussite, de jouer avec nos nerfs.

Seul Laetitia Casta suscitera notre intérêt par un jeu juste de son personnage.



.

Le Moine (Dominik Moll, 2011)


tags | , , , ,

0 comments


L'ambiance et le style de Moll fait planer sur ce film un climat pesant, Cassel y est absolument superbe, et l'on se laisse volontiers mener, un temps du moins, parmi les voies impénétrables du Seigneur...

Hélas, plus les inquiétants jalons de cette histoire nous sont dévoilés, moins l'on y adhère. Le mystère laissant petit à petit place à un simple pied de nez du Grand Barbu, en forme de malédiction inévitable. "L'effroyable vérité" finale nous sera alors livrée sans aucune exitation, tuée dans l'oeuf par un déroulement trop prévisible.

Si de temps à autre l'auteur flirte avec le Mal, il lâche trop vite son propos, comme effrayé par la porte qu'il pourrait entrouvrir. Au lieu d'alourdir le climat de son film, Dominik Moll l'allège et frustre ainsi le spectateur de ne pas aller davantage vers le malaise et l'impalpable. La peur de Moll est au finale lâche et couarde, manquant de courage à affronter le coeur de son sujet, préférant nous conter une simple fable et sa morale, plutôt qu'une histoire forte et audacieuse.

Non dénué de tout intérêt, ce Moine là est quand même plus proche de l'ennui que de l'extase.

.