Accueil

Affichage des articles dont le libellé est super-héros. Afficher tous les articles

Dredd (Pete Travis, 2012)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

A la fin du 21ème Siècle, après un conflit nucléaire, Les Etats-Unis se divisent en deux parties : le désert peuplé de mutants et Mega City One, une gigantesque mégalopole gangrenée par la violence. Dans cette ville la les policiers, appelés les "Juges", interpellent, jugent et exécutent immédiatement la sentence. Judge Dredd est l'un de ces flics, intraitable, inflexible et implacable. Il se retrouve, avec une recrue, prisonnier d'un tour tenue par Ma-Ma, une baronne de la drogue : l'opération de police tourne à la survie en milieu hostile...

Deuxième adaptation de la bédé 70's de John Wagner et Carlos Ezquerra au cinéma, c'est Karl Urban (La Mort Dans La Peau, la trilogie Le Seigneur des Anneaux ou Star Trek) qui endosse le rôle tenu par Stallone dans la première version. SF autour d'un monde futuriste à la police fascisante, Dredd s'impose comme une petite série B nerveuse au scénar proche de La Horde ou The Raid, mais impose aussi rapidement ses limites et faiblesses.

Lire la suite...

The Amazing Spider-Man (Marc Webb, 2012)


tags | , , , , , ,

0 comments

Le jeune Peter Parker, en cherchant les raisons de la disparition de ses parents au sain du laboratoire Oscorp, se fait piquer par une araignée et développe des capacités surhumaines. Lycéen amoureux de Gwen Stacy la journée, il devient Spider-Man le soir pour combattre Le Lézard, le patron d'Oscorp, ancien ami de son père.

Le rédaction de Doorama à su rester très jeune dans sa tête... Nous avions par ailleurs aussi entendu dire que ce "reboot" de Spider-Man était plutôt réussi. Moins de 10 ans après la version de Sam Raimi, Marc Webb (un nom prédestiné !) livre donc un remake, un reboot, un relook, un "remet 1euro dans la machine"... Alors ? Ce Spiderman est il mieux que La Riposte de l'Homme-Araignée ?

Lire la suite...

La Riposte de l'Homme-Araignée (Spiderman Strikes Back - Ron Satlof, 1978)


tags | , , , , , , , , ,

0 comments

L'Homme-Araignée doit récupérer une dangereuse bombe au plutonium des mains d'un non moins dangereux malfaiteur. Mais comment réaliser ce nouvel exploit avec une journaliste sans cesse sur le dos et alors que la police vous croit responsable du vol de la bombe ?

C'est la deuxième aventure cinématographique du héros de la Marvel, après l'Homme-Araignée un an plus tôt. Extension de la série télé L'Homme-Araignée, La Riposte de l'Homme-Araignée est en fait un téléfilm, porté sur grand écran, essentiellement constitué de scènes extraites de la série télé en quête de renommée. Place donc au plus grand exploit du super-héros, place à une symphonie d'action et d'effets spéciaux à couper le souffle !

Que dire sinon que La Riposte de l'Homme-Araignée développe avec les années un pouvoir de fascination grandissant ? Que dire devant une industrie télévisuelle/cinématographique aussi peu motivée pour attirer et satisfaire ses spectateurs ? La Riposte de l'Homme-Araignée n'a hélas rien pour sa défense ! Triste tentative publicitaire (et désespérée !) qu'elle est de vendre à tout prix et sans dépenser, si possible, un seul dollars. Bâclé, victime d'un budget que l'on devine aussi microscopique que les délais accordés pour le "mettre en boite", ce "film" (notez, chers lecteurs la présence des guillemets...) parvient à peine à mettre en oeuvre le minimum nécessaire pour exister. Son scénario timbre-poste, bien sûr, mais surtout sa réalisation à peine télévisuelle (mais courant à l'époque...), ne laisseront dans l'océan cinématographique que quelques gouttes de pur bonheur que seuls les accrocs les plus durs aux nanars sauront reconnaître !

Mais arrêtons un moment de tirer sur l'ambulance... Devant un tel degré d'excellence, le fan de nanars saura extraire de cette aventure de l'Homme Araignée quelques croustillantes pattes à se mettre sous la dents... ! A la rédaction nous avons adoré : Le 6ème sens de l'Araignée, avec son arrêt sur image et les yeux qui clignotent en rouge lorsqu'il pressent le danger... Le costume de l'Araignée, mal ajusté... La position de l'Araignée, courant les jambes arquées, toujours les bras en avant, écartés, comme si elle portait un gigantesque ballon invisible... L'héroïne qui propose, lors d'une poursuite en voiture où leur véhicule se retrouve immobilisé "On continue à pieds ?", alors que la voiture des méchants est déjà loin... L'héroïne, malgré ses remarques, pour sa jolie beauté... Les supers-pouvoir de l'Araignée, plus que nécessaires devant 2 pauvres humains sans armes et sachant à peine donner un coup de poing... La finesse de ses dialogues... Ses scènes d'action au rythme infernal, aussi vives qu'un modem 56K... Les effets spéciaux du tonnerre (bien sûr !)... Et surtout, pour finir, nous avons adoré la VF que nous ne pouvons que vous recommander si vous aimez voir les personnages afro-américains doublés par des martiniquais à fort accent, ou plutôt devrions nous dire des "ma'tiniquais à fo'w accent"...

Une patine de pauvreté recouvre donc cette aventure, et ce jusque dans ses moindres détails ! Une histoire train-train, un montage plan-plan, des scènes gnan-gnan : de quoi faire un bon film cucul à peine montrable à nos chères têtes blondes. Dans l'absolu La Riposte de l'Homme-Araignée est une pure démonstration de négationnisme cinématographique, mais il est aussi un émerveillement de chaque instant pour l'amateur d'humour décalé et de nanars ! Finalement, elle est pas si mal la franchise de Sam Raimi  ;-)

Procurez-vous Le Riposte de l'Homme-Araignée ou d'autres films de Ron Satlof ou avec Nicholas Hammond

The Avengers (Joss Whedon, 2012)


tags | , , , , , ,

0 comments

Loki projette d'asservir la planète Terre en s'emparant du Tesseract. Face à la menace , le Shield réunit Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, Hawkeye et Black Widow pour l'arrêter. Mais avant de combattre l'ennemi, ils doivent d'abord apprendre à travailler ensemble.

Pas plus fan que cela des adaptations des super-héros de la Marvel, et échaudée par un Thor plus ridicule que convaincant, la rédaction de Doorama s'est penchée, curieuse mais méfiante, sur ce cocktail aux allures de blockbuster crétin pour ados... Et encore aujourd'hui, toute la rédaction de Doorama courre dans toutes les direction en mimant les postures de ces héros !

Mission accomplie pour ces Avengers ! S'il n'est pas complètement exempt de quelques courts passages un peu crétins, ridicules et/ou puérils, The Avengers propose un divertissement particulièrement efficace, réussi et parfois même intelligent dans sa conception. Sans temps mort, et débarrassé de l'exposition laborieuse de ses super-héros (ce qu'avaient réalisé les précédentes adaptations individuelles de Hulk, Iron Man et Thor), The Avengers s'attarde sur la mise en route difficile de son équipe, avant de trouver enfin l'unité gagnante. Le film de Joss Whedon s'amuse donc avec bonheur a multiplier dans sa première partie les confrontations entre "gentils"... Et mine de rien, ça adoucit le coté hyper manichéen inhérent aux super-héros et gomme de cette histoire ses aspects trop enfantins.

Rythmé et jouissif, plutôt bien fouttu dans son ensemble, The Avengers parvient à s'imposer sans peine comme l'un des meilleurs Marvel à ce jour. Pour peu que l'on accepte les règles de ce type d'histoire, Joss Whedon nous remet en tête nos souvenirs d'enfance et parvient à nous faire délicieusement régresser vers un  état où la forme prime davantage que le fond. Direct, décomplexé et 100% ludique The Avengers mise tout sur un programme compilatoire et tient brillamment sa promesse de nous faire passer 2h22 de cinéma pop-corn sans nous amputer de quelques neurones.

Blockbuster sans surprise, certes, The Avengers est cependant habité par une fidélité sans faille à ses héros de papiers, et réponds efficacement (et sans prétention !) aux exigences de l'entertainment des studios. Techniquement réussi et parfaitement exécuté, The Avengers forcent l'adhésion en proposant du pur fun sans jamais (ou presque) quitter des yeux ses exigences de qualité ni sa volonté de maintenir à fond son sens du divertissement (ce qui est finalement plutôt rare dans les productions de ce type). The Avengers ne souffre en fait que d'une seule chose : le personnage de Nick Fury, que la calamiteuse et caricaturale interprétation de Samuel L. Jackson fait ressembler à un affreux furoncle au milieu d'un beau visage.
Mis à part ce détail, on s'éclate, c'est pour rire, c'est bien fait et on en redemande !        

Procurez-vous The Avengers ou d'autres films de Joss Whedon ou avec Jeremy RennerRobert Downey Jr ou avec Scarlett Johansson

The Dark Knight Rises (Christopher Nolan, 2012)


tags | , , , , , , , ,

0 comments

Bruce Wayne vit retiré dans son manoir, y maintenant aussi enfermé le Batman tombé en disgrâce après la mort de procureur Harvey Dent... Mais Gotham s'apprête à subir les attaques de Bane, un cerveau du crime aussi puissant que décidé à déstabiliser notre système. Wayne saura t'il de nouveau animer habiter Batman avec l'énergie suffisante pour endiguer la menace ?

Pour l'essentiel, The Dark Knight Rises est une énorme conclusion à la trilogie, minutieuse et attentive, puissante et fascinante, un immense film de super-héros comme on en voit peu, mais qui, à notre sens n'égale cependant pas le Dark Knight Le Chevalier Noir.

Au chapitre des plus Nolan prend son temps (2h44) pour nous livrer un scénario hyper travaillé (trop ?), il tente de gommer de ses personnages tout à-coups de développement afin qu'ils soient parfaitement prêt quand l'action arrive. Bane, le méchant, n'égale pas le titanesque Joker, mais sa détermination au chaos égale l'imprévisibilité de son prédécesseur, il constitue un super-méchant bien ancré dans la réalité, un terroriste ultime à l'arsenal de destruction moderne et effrayant (armes financières, stratégie de conquête économique et embrigadement aveugle de ses soldats !). On adore Bane ! Quand au Batman son pire adversaire est en lui : le doute. 


Nolan installe doucement un impressionnant climat de fin du monde imminente, lui opposant des solutions qui tardent, voire inopérantes, il parvient ainsi à créer une tension crescendo quasi palpable, dont la violence à venir est encore plus à redouter que celle qu'il montre en action. Ainsi, les séquences d'invasion de Bane (comme la bourse) sont illustrée par une seule note de musique, tendue, suspendue, prête à céder, dont on redoute la fin qui, à n'en pas douter, libérera les enfers ! Régulièrement, Nolan  à de ses idées "simples" qui frisent la perfection ! Son dernier opus semble se battre en permanence pour tirer son film de super-héros vers sa dimension la plus réelle, la plus plausible, il gomme ainsi un maximum du folklore des super-héros pour lui préférer un traitement plus "banalisé", et par la même tire son film presque en dehors de la fiction et de son univers imaginaire pour l'installer dans notre réalité de tout les jours (exit la Gotham noire et futuriste ! Hello 9/11 puisque Gotham ressemble à Manhattan...).


Riche, hyper travaillé et doté d'une mise en scène qui refuse la facilité du numérique pour lui préférer un réalisme salutaire hyper efficace, The Dark Knight Rises est un sacré morceau ! Un jouet qu'on aurait piqué à un enfant pour le transformer en arme : le film de Nolan fuit au maximum son jeune public et tente de le mener vers un univers exclusivement adulte (mais bon, le blockbuster à ses règles et Nolan s'y pliera). Adulte et chiadé donc, ce sont bien là les armes ultimes de ce troisième volet. Mais... car il y a un mais pour la rédaction de doorama !


Mais ce troisième volet nous a quand même laissé sur notre faim. Il y a certes ces moments de bravoure et de réalisation qui "en jettent", ce climat de panique qui fonctionne comme uns sirène qui annonce la rupture imminente du barrage (cette note de musique...), les enjeux psychologique de ses personnages... mais ce troisième épisode a un problème de rythme. Trop long ? Peut être un peu (Mais il faut aussi louer Nolan de prendre le temps nécessaire, d'autant plus que son cinéma est fort beau). Nous pensons que ce Batman aurait pu (aurait dû !) être plus "percutant". A bien y regarder, les scènes d'action ne forment pas le meilleur de sa réalisation. Voilà, juste ces deux bémol que nous vous lâchons comme ça... Un peu long et pas assez percutant pour un Batman ! Hisser le chevalier noir vers la réalité adulte et fuir la puérilité, est brillamment exécuté mais on en oublierait presque certains  fondamentaux : l'action et le suspense. Batman à grandi, vieilli, et perdu son âme d'enfant... Et comme se terminait Un Eté 42 : "pour chaque chose que l'on perd, on en acquiert une autre", ce Batman l'illustre parfaitement. Une grande réussite que nous adorons, mais un rouage s'est perdu en cour de route, un tout petit rouage...  

Procurez-vous des films sur Batman ou d'autres films de Christopher Nolan ou avec Christian Bale

Thor (Kenneth Branagh, 2011)


tags | , , , , ,

2 comments

Thor, le fils d'Odin, est exilé de son monde, le royaume d'Asgard, pour avoir cherché la guerre... Envoyé sur Terre, il perds tous ses pouvoirs, alors que son monde cours un grand péril.

Kenneth Branagh est aux commande de cette nouvelle adaptation Marvel. Thor, comme la plupart des films de super-héros ce cette écurie là, balance donc son avalanche d'effets spéciaux autour du cahier des charges habituels (origines, bastons, problèmes, bastons et "un super-héros est né"), accompagne ici d'un casting "grand luxe" (Anthony Hopkins plus cabotin et ridicule que jamais !).

Pourquoi Branagh pour ce blockbuster hyper conventionnel,  autant "regardable" qu'indigeste ? L'histoire ne le dira pas. On retiendra en revanche le coté calibré à l'extrême du film et un curieux penchant pour des plans penchés, et si Brannagh a été pris pour mettre en avant la dramaturgie shakespearienne de l'exil de Thor, alors il faudra attendre sa suite pour le voir.

En attendant, Thor s'avère finalement davantage puéril qu'ennuyeux. Ses défauts viennent principalement de l'adaptation d'un monde BD aux exigences (différentes !) de celui du cinéma. Il faudra donc accepter, pour apprécier Thor, la représentation proche du ridicule du monde d'Asgard (sorte de mix maladroit  entre le kitsch d'un Flash Gordon version 80 et la sérénité bucolique des cités de La Menace Fantôme...) et affronter la banalité de son traitement (même si Branagh injecte un humour salvateur au milieu de cet océan de déja vu).

A dire vrai, on s'amuse quand même à regarder Thor (le duel sur terre avec le titan de métal nous a beaucoup plu !), mais on s'interroge sur son traitement très premier degré, voire complètement enfantin. On repense à Watchmen ou Dark Knight (ok, la barre est haute...), on pleure sur un Branagh en manque d'imagination et d'ambition, et on s'étonne que nombre d'adaptations ne retiennent de leur origines dessinées que les aspects les plus enfantins, négligeant ainsi tout le capital et le potentiel que recèle les super-héros de notre enfance.

Dans le genre film de super-héros à la chaîne, on a très largement préféré Dardevil et on considère Captain America plus cohérent et réussi (même s'il est moins fun).

The Prodigies (Antoine Charreyron, 2010)


tags | , , , , , ,

0 comments

Depuis toujours Jimbo peut contrôler les choses et les gens par la seule force de sa pensée. Il travaille maintenant pour la fondation Killian et trouve 5 ados dotés des mêmes pouvoirs que lui. Il va tenter de les rassembler pour les aider à canaliser leurs pouvoirs, les protéger d'eux mêmes, mais aussi ceux qui seraient confrontés à leurs pouvoirs...

Contrairement à ce que son affiche et son titre pouvait laisser présager, The Prodigies est une production d'animation en grande partie française, réalisée par un français (cocorico ! mais en animation, les français sont plutôt prisés...) et avec la belle voix de Mathieu Kassovitz. Et effectivement, nous sommes assez loin de l'esprit "super-héros" américain.

Cette adaptation de "La Nuit des Enfants Rois" propose une fort belle mise en image, quelquefois impressionnante, même si on pourra lui reprocher une très grande hétérogénéité visuelle (hyper réaliste par moments, très stylisée à d'autre). Mais le véritable intérêt de The Prodigies est son traitement très "mature", attaquant de front des problématiques délicates (les violences subies par ses protagonistes notamment, familiales ou sociales) , sans en édulcorer le fond, ni exagérer la forme.

On peut rapprocher The Prodigies de Chronicle, d’abord pour son sujet autour de super-pouvoirs dans des mains encore inexpérimentées, ensuite pour sa volonté de fuir les codes conventionnels des films de "super-héros", ou pour être plus précis encore, des films traitant des supers-pouvoirs (et là, on pense au traitement de Incassable...), enfin pour son approches des difficultés (souffrances ?) des adolescents.

Plutôt fin et riche, The Prodigies est passionnant à découvrir. Il rentre dans la courte liste de ces films à priori destinés aux ados (même si ce n'est pas la cas ici) mais dont le traitement "adulte" emporte finalement le morceau. Plutôt que de jouer la carte de l'action pure, The Prodigies surprend par son rythme et son traitement tout en nuances. Une belle occasion donc de découvrir un excellent film d'animation, aussi ludique que réfléchi, qui fait regretter que les américains ne s'arrêtent qu'à l' "entertainement" et ne creuse pas davantage le potentiel de certains de ses super-héros.

Chronicle (Josh Tank, 2011)


tags | , , , , ,

0 comments

Trois amis entrés en contact avec une substance inconnue, découvrent qu'ils ont désormais des super-pouvoirs. Au début anecdotiques, ils vont développer progressivement ces pouvoirs, mais jusqu'où ?

Alors qu'on pouvait craindre le pire de cette histoire d'ado super-héros, Chronicle se révélé finalement passionnant et fort intelligemment construit. Il trouve sa place entre Cloverfield et le super-hero movie "basique", mais enrichit son développement de nombreux atouts.

Ce qui empêche Chronicle de "sombrer" tient sans doute à un mélange des genres et des technique particulièrement bien géré. La progression technique de la réalisation (du style "docu Blair Witch" à celui du blockbuster) accompagne judicieusement la progression du scénario et ses changements de genre (dérive réussie du teen-movie vers l'action-movie).

Chronicle utilise de nombreuses ficelles pour faire adhérer le spectateur à son propos. Allant même jusqu'à réussir l'identification aux personnages, par une habile exploitation de nos rêves de gamin, ou bien encore en distillant une dose de psychologie, basique mais pas si idiote que çà, sur la génération dont il est question.

Chronicle est avant tout une série B, maline et musclée, mais au delà du simple divertissement, il excelle à enrichir son scénario d'une dimension "réelle" par des personnages particulièrement bien écrits. Soignant aussi bien la forme que le fond, Chronicle s'impose (dans son genre !) comme une réussite certaine, voire stimulante, dans l'univers souvent pauvre du blockbuster et du film de super-héro.
Dans son genre (on insiste là dessus) c'est une très belle surprise qui propose un excellent moment de divertissement.

Super (James Gunn, 2011)


tags | , , , , , ,

0 comments

Un homme dont la copine vient de le quitter pour partir avec un dealer, décide de devenir un super-héros afin de la récupérer et de combattre le crime.

James Gunn utilise le ton du cinéma indépendant américain pour nous raconter cette gentille histoire d'un loser décidé à revêtir un super-costume en dépit de son absence de super-pouvoirs.

Sur une trame extrêmement similaire à Kick-Ass, James Gunn ajoute à la comédie grinçante une dose de geek (via les comics : kapow !), une dose de gore, une once de religion et un zeste de ciné indé (comment ne pas y penser en voyant de surcroît la Ellen Page de Juno...) pour faire prendre le tout.

Au bout du compte, Super se laisse regarder sans déplaisir, mais ne parvient à aucun moment à convaincre réellement. Le film arbore fièrement son statut de petit film malin, certes, mais souffre d'un sérieux manque de rythme dans son déroulement et semble échouer dans l'humour discret qu'il semble pourtant revendiquer.
Super est distrayant, attachant par certains aspects, mais semble ne pas savoir vraiment où il va. A choisir, à doorama, on lui préfèrera son grand frère Kick-Ass, plus commercial et moins "arty", mais finalement plus assumé et, dans son genre, plus abouti.

Captain America : First Avenger (2011)


tags | , , , ,

1 comment


Indépendamment des valeurs inhérentes à ce personnage, plutôt incompatible avec le patriotisme à la française, force est de constater que ce Captain América s'en sort finalement plutôt bien...

Pour peu que l'on ait le recul nécessaire pour le laisser dans sa catégorie (un blockbuster de super-héros pour grand ados) Captain America joue non sans un certain talent la carte 40's, rappelant quelquefois l'esprit des Aventuriers de l'Arche Perdue...

Si l'on se concentre sur ce que Captain América doit être, alors on ne peut que saluer sa réussite, tant l'esprit d'aventure, le contexte de guerre mondiale et l'esprit 40's sont présents et sont ici abordé avec soin et non sans une certaine humilité au niveau de la réalisation.

A Doorama, on aurait aimé tirer à boulet rouge sur cet énième guignol en costume, mais l'entreprise est sérieuse et ne propose que ce qu'elle annonçait. Le fameux "cahier des charges" est rempli...


.

The Green Hornet (Michel Gondry, 2010)


tags | , , , ,

1 comment


Gentil divertissement réalisé par Michel Gondry...

Là où n'importe quel tâcheron hollywoodien aurait livré 2h de cahier des charges conventionnel de super-hero movies, Gondry injecte fantaisie et (légers) décalages.

Ca s'annonçait très mauvais, finalement on y trouve un certain plaisir coupable.


.

X-Men Le commencement (Brian Singer, 2010)


tags | , , ,

1 comment


L'origine des X-Men ! Ou comment Magnéto rencontre le professeur Xavier pour combattre le mal, et comment les mutants se sont révélés au monde et ce qui s'ensuit...

Effectivement ce X-Men First Class s'avère infiniment bien meilleur que les dernières adaptations de la saga (à l'exception de celle de Brian Singer, qui tenait la route). Un film de super-héros en costume, certes, mais avec la véritable ambition de raconter une Histoire, plutôt que simplement utiliser supers-pouvoirs comme prétexte à l'action. Mission réussi niveau scénario donc. Le cahier des charges de ce type de projet est rempli !

La faiblesse du film, et ce qui empêche X-Men Firts Class d'être l'objet punch et jouissif qu'on attendait, c'est sa réalisation. Matthew Vaughn signe ici une réalisation fade, voire plate, dénuée de tout rythme. Il se contente de suivre son scénario de manière linéaire, ce qui a comme effet d'installer un manque total de dynamisme (le dynamisme du film se cache dans son scénario, pas dans sa forme, qui assure juste la qualité cinéma du produit). Sans doute d'ailleurs l'a t-il lui même ressenti, puisqu'il se risque à un split screen médiocre (et parfaitement inutile), lors de l'entraînement de l'équipe, seule "originalité" de réalisation, sans doute conscient sa propre routine... On l'avait connu plus vivant dans son sympathique Layer Cake.

Décollage réussi, donc, pour les mutants, mais pas besoin d'accrocher sa ceinture.


.